Isère : le bois du massif de la Chartreuse a obtenu son AOC

Une appellation d'origine contrôlée (AOC) vient d'être accordée au bois de Chartreuse. Il s'agit d'une reconnaissance inédite. Qu'est-ce que cela signifie et récompense ?

Voir la vidéo

Sur les hauteurs de la forêt de Chartreuse (Isère), là où poussent essentiellement sapins et épicéas, Pierre Basso de Marco, accompagné d'un expert foncier, fait le point sur la croissance de ces résineux. Ce retraité fait partie ici des 11 000 propriétaires privés, en plus de l'Office national des forêts. Exploiter le bois, mais de manière durable, sur le très long terme. La plupart des arbres ont 150 à 200 ans. Le principe : la futaie régulière, qui privilégie l'aération. Il s'agit de choisir quels arbres couper et en quelle quantité, à l'opposé de la coupe massive, qui consiste à raser toute une parcelle, puis à replanter.

Un encouragement à la gestion agricole non industrielle

Des arbres qui n'ont pas besoin d'aller chercher la lumière, qui poussent droit et qui viennent d'obtenir une appellation d'origine contrôlée, une première en France pour du bois. Une reconnaissance de qualité et un encouragement à la gestion agricole non industrielle. Concurrence russe, scandinave, ou encore celle du bois reconstitué : dans cette scierie, on aime à rappeler que les arbres de Chartreuse étaient utilisés par la Marine royale au XVIIe siècle pour les mats des bateaux.

L'AOC met aussi en valeur des savoir-faire. Dans le massif de la Chartreuse, Olivier Pillot est couvreur charpentier. Pour lui, un chantier avec du bois local est la garantie d'un circuit court qui profite à tous. C'est certes un peu plus cher, environ 10%, mais il faut prendre le temps d'expliquer au client. L'AOC bois de Chartreuse concerne 600 professionnels sur 134 communes en Isère et en Savoie. Les bois du Jura pourraient être les prochains à obtenir ce label.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Français s\'est tué après s\'être élancé de la face nord du Mont Granier, dans le massif de la Chartreuse (Isère), dimanche 17 août 2014.
Un Français s'est tué après s'être élancé de la face nord du Mont Granier, dans le massif de la Chartreuse (Isère), dimanche 17 août 2014. (FRANC GUIZIOU / HEMIS.FR / AFP)