Un Afghan condamné à 10 mois de prison avec sursis pour être sorti de la zone de surveillance qui lui était imposée

L'Afghan qui avait été placé en garde à vue pour être sorti de la zone de surveillance qui lui avait été imposée à son arrivée en France a été condamné ce mercredi soir à 10 mois de prison avec sursis.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le deuxième avion rapatriant des ressortissants français et des réfugiés afghans à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, le 18 août 2021. (MERYL CURTAT / HANS LUCAS / AFP)

L'Afghan qui est sorti de la zone de surveillance qui lui avait été imposée après son arrivée en France depuis Kaboul vient d'être condamné à 10 mois de prison avec sursis, rapporte une journaliste de France Inter présente à son procès à Paris ce mercredi soir. Le procureur avait requis douze mois de prison dont six mois ferme et un mandat de dépôt.

Soupçon de liens avec les talibans

Pendant l'audience, l'homme, qui était procureur en Afghanistan, a dit comprendre la surveillance qui avait été mise en place mais nie tout lien avec les talibans. Il explique avoir voulu acheter des médicaments et avoir suivi un voisin de l'hôtel qui lui avait proposé de l'accompagner et lui avait dit qu'ils n'iront qu'à cinq minutes de l'hôtel. Interrogé, ce voisin assure que l'homme lui a dit vouloir acheter des cartes SIM.

Cet Afghan est proche d'un autre Afghan qui est soupçonné d'avoir des liens avec les talibans. Après son arrivée en France, comme quatre autres ressortissants afghans, il a été placé sous surveillance et avait interdiction de sortir de Noisy-le-Grand, mais aussi de son hôtel compte-tenu de sa quarantaine. Il a été interpellé à Paris lundi et placé en garde à vue.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.