Cet article date de plus de trois ans.

Le parquet de Paris ouvre une enquête pour des appels à la violence contre la communauté asiatique

Des appels à la violence ont été diffusés ces derniers jours sur Twitter contre la communauté asiatique, accusée dans des publications d'être à l'origine de la propagation du Covid-19.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des appels à la violence ont été diffusés sur Twitter contre la communauté asiatique.  (OLIVIER DOULIERY / AFP)

Une enquête a été ouverte après des appels à la violence diffusés ces derniers jours sur Twitter contre la communauté asiatique en France, accusée dans des publications d'être à l'origine de la propagation du Covid-19, a indiqué dimanche 1er novembre le parquet de Paris à l'AFP, confirmant une information du Parisien. L'enquête a été ouverte pour "provocation publique à commettre une atteinte à l'intégrité physique d'une personne à caractère raciste" et les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). 

Une plainte a été déposée et un signalement réalisé sur la plateforme Pharos, chargée de détecter les contenus en ligne illicites, a précisé à l'AFP une source policière. Des messages haineux et des appels à s'en prendre physiquement à des Asiatiques ont été publiés notamment sur Twitter cette semaine, à l'occasion de l'annonce du nouveau confinement.

Les associations appellent à "la vigilance"

L'association des jeunes Chinois de France (AJCF) appelle à "la vigilance", encourage toute personne "victime ou simple témoin de comportement ou de propos répréhensibles" à "porter plainte et/ou le signaler à une association de [son] collectif"De même, le Collectif Sécurité pour tous prépare un "guide pratique" pour porter plainte, soulignant que les personnes d'origine asiatique saisissent trop peu la justice, a indiqué l'un de ses porte-parole, Sun-Lay Tan. Dimanche matin, les tweets les plus virulents n'étaient plus visibles et des comptes avaient été suspendus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.