La justice décide de maintenir en détention provisoire Tariq Ramadan, poursuivi pour viols

L'islamologue suisse avait déposé une demande de remise en liberté pour raisons de santé.

L\'islamologue suisse Tariq Ramadan, lors d\'une conférence au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 7 avril 2012. 
L'islamologue suisse Tariq Ramadan, lors d'une conférence au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 7 avril 2012.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La justice a décidé de maintenir en détention provisoire Tariq Ramadan, poursuivi pour viols, jeudi 22 février, a appris franceinfo de source judiciaire. L'islamologue suisse avait déposé une demande de remise en liberté pour raisons de santé.

Avant de se prononcer, la chambre de l'instruction avait désigné un expert médical, qui a jugé l'état de santé de l'intellectuel musulman compatible avec sa détention. Ecroué le 2 février, le théologien suisse de 55 ans dit souffrir d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie. Il a refusé de comparaître à cette audience à huis clos.

La justice craint une fuite à l'étranger

Tariq Ramadan, 55 ans, a été mis en examen le 2 février pour viols, dont l'un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre, qui ont débouché sur une information judiciaire confiée à trois juges d'instruction.

La justice a ordonné son placement en détention provisoire, car elle craint une fuite à l'étranger ou d'éventuelles pressions sur les plaignantes ou d'autres femmes ayant témoigné sous X – un dispositif destiné à protéger le témoin – lors de l'enquête préliminaire.