Critiqué, Éric Dupond-Moretti prône l’apaisement et l’unité

La nomination d’Éric Dupond-Moretti au ministère de la Justice a provoqué plusieurs critiques des syndicats de magistrat. Pour sa première sortie publique mardi 7 juillet, il a tenté d’apaiser les tensions.

France 2

Il se savait très attendu. Pour sa première sortie officielle en tant que Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti est allé à la rencontre du personnel pénitencier de la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Pourtant, c’est aux magistrats qu’il a adressé un message fort. "Je ne fais de guerre à personne. Je veux, avec vous, garder le meilleur et changer le pire", exprime-t-il.

De vives critiques au moment de sa nomination

C’est par son passé qu’est rattrapé le nouvel homme fort de la justice en France. Au moment où il était avocat pénaliste, il s’était mis les magistrats à dos à travers certaines déclarations. Ce serait un homme qui "n’apprécie pas la magistrature, qui n’apprécie pas les juges et procureurs, qui en pense le plus grand mal et qui ne prive pas de le dire", dénonce Céline Parisot, présidente de l’union syndicale des magistrats.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, le 7 juillet 2020 à la prison de Fresnes (Val-de-Marne).
Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, le 7 juillet 2020 à la prison de Fresnes (Val-de-Marne). (THOMAS COEX / AFP)