Paris : dans les coulisses d'une vente aux enchères à Drouot

À Paris, l'hôtel Drouot est l'une des salles des ventes les plus réputées au monde. Chaque vente nécessite une grosse préparation.

FRANCE 3

Depuis 150 ans, c'est un ballet immuable. Au rythme des marteaux des commissaires priseurs, les plus grandes collections ont changé de main à l'hôtel Drouot. Ici l'histoire commence dans un appartement parisien, rempli de drôles d'objets. La collectionneuse Roxane de Buisson est décédée l'an dernier. Dans son testament, elle souhaitait que ses enfants vendent sa collection et d'en faire un beau catalogue. C'est le travail du commissaire priseur, en charge de la vente. Le résultat de trois mois d'enquête, comme un travail d'historien.

Quatre heures de spectacle

La collection est acheminée vers la salle de vente via des transporteurs habilités dans le transport d'objets d'art. À l'arrivée à Drouot, les grandes manœuvres commencent. Le timing est serré : les ventes du jour à peine terminées, il faut installer la collection de Buisson, qui sera exposée au public deux jours avant la vente. C'est le jour J à Drouot. Le public est au rendez-vous, la salle est bondée, c'est parti pour quatre heures de spectacle.

Avec 189 lots, le rythme est soutenu. Un Américain va remporter l'éléphant, la star de la vente. L'acheteur souhaite ensuite une autre pièce, mais c'est la représentante du musée Carnavalet qui l'emporte, grâce au droit de préemption. Au total, la vente a rapporté plus de 300 000 euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'hôtel des ventes Drouot à Paris, en mars 2010.
L'hôtel des ventes Drouot à Paris, en mars 2010. (DANIEL THIERRY / PHOTONONSTOP / AFP)