Michel Legrand : les musiques de nos vies

Michel Legrand s'est éteint samedi 26 janvier à 86 ans. Retour sur une carrière pleine de succès et de rebondissements.

France 3

Au bout de ses doigts, une musique, puis une chanson. Celle qui offrira à Michel Legrand un premier Oscar. À l'affiche, Faye Dunaway à Steve McQueen. 1968, la bande originale du film "L'affaire Thomas Crown", marque les premiers pas du composteur français à Hollywood.

L'histoire d'amour de Michel Legrand avec le monde du cinéma débute quelques années plus tôt, il fait la rencontre décisive du cinéaste Jacques Demy. Pour lui, il mettra en musique une dizaine de longs métrages. En 1965, le film "Les Parapluies de Cherbourg" obtient la Palme d'or à Cannes. Deux ans plus tard, on prend presque les mêmes et on recommence avec "Les Demoiselles de Rochefort". En 1970, ce sera "Peau d'âne", chef-d’œuvre visuel et musical.

Une carrière internationale

"Il a apporté une noblesse dans la notion d'arrangement, d'orchestration. Il a apporté des nouvelles sonorités avec le jazz...", explique Vladimir Cosma, compositeur. À la fin des années 60, l'Amérique lui déroule le tapis rouge, il obtiendra notamment trois oscars. Le composteur nouera des amitiés avec de grands artistes américains, comme Quincy Jones ou Sarah Vaughan. "Il faut prendre tous les risques, avoir un amour irraisonné pour les gens et les choses", disait-il en 2013. Jusqu'au bout, avec le même amour, il s'accompagnera de son piano et continuera à composer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le compositeur Michel Legrand lors du Festival international musique et cinéma de l\'Yonne, à Auxerre, le 23 octobre 2014.
Le compositeur Michel Legrand lors du Festival international musique et cinéma de l'Yonne, à Auxerre, le 23 octobre 2014. (MARTIN BUREAU / AFP)