Vidéosurveillance : qu'a-t-on le droit de filmer ?

Sur le plateau du 20 Heures de France 2, la journaliste Fanny Stenneler précise quels sont les moyens de vidéosurveillance possibles dans le cas de maltraitance sur des enfants en France.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Comme en Italie, les enquêteurs français peuvent utiliser des caméras pour avérer ou non, par exemple, des faits de maltraitance envers des enfants. "On peut placer de la vidéosurveillance, mais il y a des règles. La première, c'est que les caméras cachées sont strictement interdites. Ensuite, on a le droit de filmer que dans certains endroits comme les accès des établissements, les entrées et les sorties, ou les lieux de passage comme les couloirs. En revanche, il est strictement interdit de filmer dans les salles de classe, dans la cour de récréation ou encore à la cantine", explique la journaliste Fanny Stenneler

Peut-on filmer qui on veut chez soi ?

Des panneaux indiquant les caméras doivent être visibles et les enregistrements des vidéos ne peuvent pas être gardés au-delà d'un mois. Mais est-il possible de mettre en place une caméra chez soi pour, par exemple, surveiller la nounou ? "On peut installer de la vidéosurveillance à son domicile, mais il faut impérativement informer son employé qu'il est filmé. On n'a pas le droit de le filmer tout au long de la journée en continu et on ne peut pas garder ces bandes vidéo au-delà d'un mois", précise la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un mât qui doit accueillir, à Étampes (Essonne), une caméra de vidéosurveillance est à l\'origine de l\'incident (Photo d\'illustration).
Un mât qui doit accueillir, à Étampes (Essonne), une caméra de vidéosurveillance est à l'origine de l'incident (Photo d'illustration). (ALEX BAILLAUD / MAXPPP)