Réserviste : entre la vie professionnelle et l'armée

Face à la menace terroriste, l'État veut faire appel à un plus grand nombre de réservistes. Comment concilier vie professionnelle et engagement dans l'armée ? Témoignage.

France 3

Des décollages en cadence, Saint-Dizier (Haute-Marne) est la plus grande base d'avions Rafales en France. Pour permettre ce rythme soutenu, dans les hangars les mécaniciens s'activent autour des moteurs. Parmi eux, le lieutenant David, un militaire comme un autre en apparence, sauf que David est réserviste.

Allier passion et service de la nation

"À la base, j'aurais aimé intégrer l'armée de l'air pour devenir personnel naviguant. À cause de mes yeux, je n'ai pas pu faire ce que je voulais. Du coup c'est l'attrait du produit fini, l'envie d'être le plus proche possible de l'avion. Et il n'y a rien de mieux que la réserve et d'être sur une base aérienne", témoigne le lieutenant David, de l'escadron de soutien technique aéronautique. 30 jours par an, David rejoint cette base où il supervise la maintenance de 50 appareils. Ingénieur dans le civil, il assouvit ici une passion aéronautique tout en répondant au besoin croissant de l'armée de l'air, fortement sollicitée par la lutte antiterroriste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des avions Rafale sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, le 9 décembre 2016 en mer Méditerranée.
Des avions Rafale sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, le 9 décembre 2016 en mer Méditerranée. (STEPHANE DE SAKUTIN / POOL)