Policiers tués à Rambouillet et Avignon : 10 millions d'euros vont être débloqués pour "renforcer la sécurité des commissariats de police"

C'est ce qu'a annoncé Jean Castex vendredi matin lors d'un déplacement au commissariat de Sarcelles, au cours duquel il a rendu hommage au policier tué mercredi à Avignon.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean Castex, à Paris, le 28 avril 2021.  (GONZALO FUENTES / POOL / AFP)

En déplacement au commissariat de Sarcelles (Val-d'Oise) vendredi 7 mai, deux jours après la mort d'un policier à Avignon lors d'un contrôle antidrogue, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le déblocage de 10 millions d'euros pour "renforcer la sécurité des commissariats de police".

La généralisation des caméras-piétons individuelles sera par ailleurs mise en œuvre "cet été", a ajouté le chef du gouvernement. Jean Castex a également assuré qu'il allait recevoir aux côtés de Gérald Darmanin les syndicats de la police "en début de semaine prochaine". 

Annonçant qu'un feu vert était donné à la reconstruction du commissariat de Sarcelles, il a fait valoir les efforts du gouvernement pour soutenir les forces de l'ordre au plan national : policiers et gendarmes supplémentaires sur le terrain, accélération de la rénovation des locaux et de la modernisation des équipements.

"Un policier exemplaire" 

Le Premier ministre a rendu hommage à Eric Masson, 36 ans, père de deux enfants, "fils" et frère de policiers. Il était "un policier exemplaire", "un serviteur de l'Etat, un serviteur de la République, mort au service de son pays", a-t-il souligné, en rappelant que sept policiers sont morts "en mission" en 2020.

Eric Masson "était engagé dans la lutte contre l'insécurité du quotidien et plus particulièrement dans la lutte contre toutes les formes de trafics, dont celui de stupéfiants érigé comme la priorité du gouvernement", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.