Paris 2024 : des bouquinistes en colère face à l'injonction de déplacer leurs boîtes vertes pendant les JO

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Paris 2024 : des bouquinistes en colère face à l'injonction de déplacer leurs boîtes vertes pendant les JO -
Paris 2024 : des bouquinistes en colère face à l'injonction de déplacer leurs boîtes vertes pendant les JO Paris 2024 : des bouquinistes en colère face à l'injonction de déplacer leurs boîtes vertes pendant les JO - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - V. Rouxel, S. Thiebaut, A. Brodin
France Télévisions
France 2
Les bouquinistes parisiens, présents depuis le XVIe siècle sur les quais de Seine, sont en colère. Ils protestent contre l'injonction de la préfecture de police de faire disparaître leurs boîtes vertes pendant les Jeux olympiques de Paris 2024. Les autorités invoquent des raisons de sécurité.

C'est un coup de massue pour un couple de bouquinistes parisiens. Ils viennent de recevoir un courrier de la préfecture de police leur indiquant qu'à l'été 2024, ils devront faire disparaître leurs emblématiques boîtes vertes le temps des Jeux olympiques. La raison invoquée est la sécurité. Pourtant, les bouquinistes sont présents depuis le XVIe siècle sur les rives de la Seine. Au départ marchands ambulants, ils installent leurs fameuses boîtes vertes au XIXe siècle. Aujourd'hui, pour les touristes, ils font partie de la carte postale idéale.

Le risque d'endommager les boîtes

Des touristes britanniques, qui ont connu les JO à Londres (Royaume-Uni) en 2012, s'étonnent de la décision de la préfecture. D'autant que déplacer des boîtes aussi anciennes, c'est risquer de les endommager durablement, selon Jérôme Callais, qui représente la profession. Les boîtes seront-elles déplacées pour la cérémonie d'ouverture ou pour toute la durée des Jeux ? La préfecture n'a pas été en mesure de préciser à France Télévisions les modalités exactes. De son côté, la mairie de Paris affirme chercher des solutions pour mettre en valeur ce patrimoine parisien. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.