Nice : un carnaval sous haute sécurité

C'est dans un contexte de menace terroriste qu'a débuté aujourd'hui, samedi 11 février, le carnaval de Nice (Alpes-Maritimes), sept mois après l'attentat du 14-juillet sur la promenade des Anglais. Un carnaval placé sous très haute sécurité : policiers, gendarmes, CRS et hommes du RAID sont mobilisés.

France 3

Ces portiques de sécurité sont un point de passage obligé pour les spectateurs du carnaval. Il y en a une quarantaine tout autour des palissades qui encerclent la zone de la fête. Tous les spectateurs sont contrôlés et les sacs fouillés. Jamais le carnaval de Nice (Alpes-Maritimes) n'a été aussi sécurisé : trois compagnies de CRS, des snipers et des membres du RAID, plusieurs centaines de militaires, de gendarmes et de policiers. Sept mois après l'attentat du 14-juillet, les visiteurs veulent faire la fête malgré tout.

L'affluence pas au rendez-vous

Mais on est bien loin de l'affluence habituelle. Au passage des chars et des groupes de danse, les Niçois ne s'y retrouvent pas vraiment : "Sur la promenade, c'était quand même sympa. Et il y a un peu moins de monde, d'habitude c'est plein", explique cette fidèle spectatrice. Nice a 15 jours de carnaval pour reprendre goût à la fête, même s’il sera difficile d'oublier complètement l'important dispositif de sécurité.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'édition 2016 du carnaval de Nice.
L'édition 2016 du carnaval de Nice. (MAXPPP)