Militaires tués au Mali : le temps de l'émotion et du recueillement

Lundi 25 novembre, 13 militaires ont perdu la vie au Mali après un accident d'hélicoptères. Il s'agit de la plus grande perte de l'armée française depuis 1983. Ils avaient entre 22 et 43 ans et étaient pour la plupart pères de famille. Dans leurs villes natales, l'heure est à l'émotion et au recueillement.

FRANCE 3

Le bruit des mirages a résonné dans le ciel de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. L'armée de l'air a rendu hommage à ses frères d'armes morts au Mali. Le matin du mercredi 27 novembre, les parachutistes se sont élancés au-dessus de la base du 5e régiment d'hélicoptères de combat endeuillés. Parmi les victimes : le lieutenant Pierre-Emmanuel Bockel, 28 ans. Il pilotait l'hélicoptère Cougar qui s'est écrasé lundi 25 novembre avec dix autres soldats à son bord.

Les hommages se multiplient

Depuis l'annonce du drame, les hommages se multiplient. Devant l'hôtel de ville de Pau, une minute de silence a été organisée. Anciens combattants, soldats, simples citoyens ou familles de militaires, tous tenaient à être présents à cette cérémonie. Même émotion dans les rues de Gap (Hautes-Alpes), où La Marseillaise a retenti le soir du mardi 26 novembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un militaire devant le portrait des victimes, le 26 novembre 2019. 
Un militaire devant le portrait des victimes, le 26 novembre 2019.  (JEFF PACHOUD / AFP)