Manifestations : la police change de stratégie

Christophe Castaner a annoncé l'envoi de renforts et un changement de stratégie des forces de l'ordre. Il s'agit maintenant de pouvoir réagir aux attaques de groupes mobiles. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Samedi 1er décembre, à Paris, des scènes de violences ont eu lieu au pied de l'Arc de triomphe et les forces de l'ordre ont été mises en difficulté. La stratégie de maintien de l'ordre a révélé ses limites. Certains dénoncent un dispositif policier trop statique. Au plus haut sommet de l'État, la piste d'avoir des forces plus nombreuses et plus offensives est envisagée en cas de manifestation samedi 8 décembre. Le ministère de l'Intérieur donne peu de détails, mais affirme : "le mode opératoire sera revu et renforcé en profondeur et permettra de faire face à la situation que nous pouvons craindre".

L'armée en soutien ?

Pour l'instant, 5 000 policiers et gendarmes sont annoncés pour assurer la sécurité à Paris. C'est insuffisant selon certains syndicats, dont celui des commissaires de la police nationale, qui réclament l'intervention de l'armée. Les militaires pourraient aider à garder les bâtiments publics. Officiellement, rien n'est acté dans ce sens. Face à la diversité des manifestants, la doctrine française de maintien de l'ordre, fondée sur le maintien à distance, semble dépassée. Plus de policiers auront aussi pour mission d'aller au contact pour interpeller les casseurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des CRS durant les manifestations des \"gilets jaunes\" à Paris, le 1er décembre 2018.
Des CRS durant les manifestations des "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. (SIMON GUILLEMIN / HANS LUCAS / AFP)