Cet article date de plus de deux ans.

Isère : le sans-papier qui a sauvé la vie d'une femme agressée à l'arme blanche rêve d'"intégrer l'armée française"

Mamoud Diallo, ce jeune sans-papier qui a sauvé la vie d'une femme mardi dernier agressée à l'arme blanche à Autrans (Isère), souhaite devenir français et intégrer l'armée, rapporte France Bleu Isère.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mamoud Dialo, 21 ans, est arrivé en France l'été 2018. Auparavant dans le transport, en Guinée Conakry, il est maintenant en reconversion professionnelle dans les métiers de l'hôtellerie restauration. (ELISA MONTAGNAT / RADIO FRANCE)

Mardi 29 janvier, France Bleu Isère révélait l'histoire de Mamoud Diallo. Ce jeune sans-papier a sauvé la vie d'une de ses collègues agressée à l'arme blanche à Autrans, et mis plusieurs personnes à l'abri en risquant sa vie. Depuis, le gendarme en charge de l'affaire a écrit au préfet. Ce dernier a lui-même déclaré qu'il écrirait à l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) en la faveur du jeune sans-papier. Quant à Mamoud Diallo, il souhaite devenir français et intégrer l'armée, rapporte France Bleu Isère, lundi 4 février.

Mamoud Diallo a rendez-vous à l'OFPRA, qui décidera d'accepter ou de débouter sa demande d'asile. Même si la réponse est négative, il peut encore espérer obtenir un titre de séjour, voire la naturalisation française explique Claude Coutaz, avocat grenoblois spécialisé le droit des étrangers : "Si on n'obtient pas l'asile, on peut encore obtenir un titre de séjour pour d’autres raisons et notamment des motifs exceptionnels tel qu'un service rendu à la Nation ou une attitude exemplaire. Ce qu'il a fait peut donc jouer au stade de la préfecture ou du ministre de l'Intérieur pour lui délivrer un titre de séjour ou lui donner la nationalité française, au regard de l'exemplarité de son comportement."

Cette deuxième option semble être la plus probable, car l'OPFRA regarde la situation des demandeurs d'asile dans leur pays d'origine et le risque qu'ils encourent si ils y retournent. Mamoud Diallo, originaire de Guinée Conakry, n'est donc pas prioritaire, contrairement à une personne originaire de Syrie par exemple. Pour lui, obtenir la nationalité française est un rêve et il a une idée bien précise en tête : "Mon rêve est d'intégrer l'armée française. Je regarde tout le temps sur Youtube les militaires en formation. À Autrans, je les vois passer, et je sais que c'est ce que je veux faire. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, ça s'est imposé à moi naturellement."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.