Cet article date de plus d'un an.

Afghanistan : après la prise de Kaboul par les talibans, des habitants fuient la ville

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Afghanistan : suite à la prise des talibans, habitants et expatriés fuient Kaboul
France 2
Article rédigé par
S.Perez, G.Vaudry, J.Weyl - France 2
France Télévisions

Un président qui s'enfuit, des insurgés qui n'attendent qu'un mot pour fondre sur la capitale, des ressortissants étrangers qui se dépêchent de rentrer au pays... En Afghanistan, 20 ans après avoir été chassés du pouvoir par la coalition internationale, la victoire totale des talibans semble plus proche que jamais.

A Kaboul, on entend des tirs dans des faubourgs, dimanche 15 août. Dans le ciel, un hélicoptère américain évacue en catastrophe des ressortissants étrangers. Les talibans sont entrés dans la capitale afghane, un scénario que les habitants n'imaginaient pas encore la veille.

Reclus dans un immeuble sécurisé, une Française attend son évacuation non loin des combats. "On m'a demandé de rester bien loin des fenêtres et puis d'attendre. Pour l'instant, je n'entends pas de coups de feu, mais les combats sont en train de se passer plus loin", résume Victoria Fontan, vice-présidente de l'université américaine de Kaboul. Sur la route vers l'aéroport, on peut constater des bouchons géants. Les ressortissants étrangers partent au plus vite. L'ambassadeur de France, David Martinon, s'est filmé dans l'hélicoptère qui le conduit à l'aéroport de Kaboul, où l'ambassade a été transférée. Les prisonniers, eux, sortent de leur geôle, certains prêts à rejoindre les forces talibanes.

Un conseil de défense prévu lundi

En France, un conseil de défense présidé par Emmanuel Macron se tiendra lundi. "Selon nos informations, quelques dizaines de Français se trouvent encore sur place, la majorité à l'aéroport de Kaboul puisque c'est là qu'a été localisée l'ambassade de France après son évacuation, et pour les rapatrier, des avions militaires vont être affrétés depuis Abou Dabi, aux Emirats arabes unis", explique la journaliste Justice Weyl, en direct du palais de l'Elysée pour le "20 Heures" de France 2.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.