14-Juillet : les pilotes de la Patrouille de France se préparent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
14-Juillet : les pilotes de la Patrouille de France se préparent
France 2
Article rédigé par
A-C. Poignard, G. Marque, M. Le Rue - France 2
France Télévisions

Durant la semaine du lundi 5 juillet, le feuilleton du 13 Heures se consacre aux coulisses du défilé du 14-Juillet. Les neuf aviateurs de la Patrouille de France se préparent pour le grand jour. 

Ce n'est pas pour rien qu'on appelle les hommes de la Patrouille de France "les virtuoses du ciel" : à 600 km/h, la vue de leur cockpit est vertigineuse. Privés de démonstration depuis le début de la crise sanitaire, ils ont offert, il y a quelques jours, leur spectacle à 200 élèves ayant décroché leur premier brevet aéronautique ; le sésame pour voler. Huit pilotes de chasse étaient aux manettes de leurs Alpha Jet.

Répétition des gestes 

Le commandant Samuel, 36 ans et 2 400 heures de vol à son actif, était à la tête de ce ballet millimétré. Le leader a servi dans plusieurs opérations extérieures, comme au Tchad, avant d'intégrer la Patrouille de France. Pour arriver à intégrer cette patrouille, de nombreuses heures d'entraînement sont nécessaires. En vol, les pilotes évoluent à moins de trois mètres les uns des autres. À 600 km/h, la moindre imprécision peut coûter cher. 


Ils ont beau connaître leurs figures sur le bout des doigts, avant chaque démonstration, les hommes en bleu ciel répètent leur partition. Alors, à la voix du leader, chacun mentalise les gestes qu'il fera en vol. "Pour nous, c'est de réactiver les gestes qui sont automatiques, mais qui doivent être faits avec, toujours, conscience et vigilance puisque la maîtrise du risque doit être permanente dans notre vol. C'est une projection mentale, on ferme les yeux et on s'imagine dans nos cockpits, et ça permet de réactiver, entre guillemets, les bonnes cases avant de partir en vol", explique le commandant Samuel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.