VIDEO. "Notre but était d'arrêter le Tour de France" : qui sont les agriculteurs qui ont perturbé la 16e étape ?

Des agriculteurs de l'Aude et de l'Ariège ont manifesté aux abords du Tour de France, mardi, afin de faire entendre leurs revendications.

FRANCE 2

"Notre but, c'était d'arrêter le Tour de France (...) pour arriver à avoir des réponses", explique Loïc Albert, éleveur dans l'Ariège. L'agriculteur a participé à la manifestation qui a perturbé le début de la 16e étape du Tour de France, mardi 24 juillet, entre Carcassonne et Luchon. Il raconte à France 2 ce qui s'est passé. 

"On a posé plusieurs questions au ministre de l'Agriculture, notamment sur les zones défavorisées, il y a plusieurs mois, et on a jamais eu de réponse", explique l'éleveur. Les agriculteurs réclament le maintien de leur région en zone défavorisée et évaluent leur manque à gagner à 7 000 à 8 000 euros. Alors pour se faire entendre, ils ont tenté de perturber la course. Mais l'opération n'a pas totalement réussi. "Malheureusement on s'est fait gazer par les forces de l'ordre, ils ont gazé les brebis", poursuit-il. 

Il y avait environ 200 brebis, des tracteurs et des balles de paille pour barrer la route.

Loïc Albert

à France 2

Selon lui, c'est surtout l'intervention des forces de l'ordre qui a gêné les coureurs. "J'ai entendu dire que le tour s'est arrêté un peu plus loin à cause des gaz, c'est pas nous, on n'avait que des bouteilles d'eau", assure Loïc Albert.

Un gendarme asperge de gaz lacrymogène un agriculteur, aux abords d\'une étape du Tour de France, le 24 juillet 2018.
Un gendarme asperge de gaz lacrymogène un agriculteur, aux abords d'une étape du Tour de France, le 24 juillet 2018. (JEFF PACHOUD / AFP)