Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Le coup de gueule d’une éleveuse laitière dans "Cash Investigation"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Cash Investigation. Le coup de gueule d’une éleveuse laitière
Article rédigé par
France Télévisions

Un emprunt pour le tracteur, un autre pour construire un bâtiment, un troisième pour l’achat d’un terrain… pour produire toujours plus de lait. Une éleveuse se sépare aujourd’hui de ses dernières vaches. Extrait de l'enquête de "Cash Investigation" sur les produits laitiers, diffusée le 16 janvier sur France 2.

Cette éleveuse, le magazine "Cash Investigation" aurait pu la trouver en Bretagne, en Normandie, en Mayenne… Dominique Barbe habite en Moselle et vient encore à sa ferme tous les matins, mais elle a décidé d’arrêter la production de lait…

La productrice a également pris la décision de se séparer de ses seize dernières vaches : "Les premières, j’ai été très mal pendant au moins huit jours et huit nuits. C’est sûr que c’est un crève-cœur, mais on ne pouvait pas continuer comme ça. Je n’aurais pas pu tenir. Ce n’était pas possible."

"On n’a jamais pris de salaire"

L’histoire de Dominique Barbe ressemble à celle de bien d’autres éleveurs. Celle d’une fuite en avant, avec un premier emprunt pour un achat de tracteur et produire plus de lait pour éponger ses dettes. Et puis un nouvel emprunt pour construire un bâtiment, et un autre pour acheter un terrain… pour produire encore plus de lait.

L’éleveuse et son mari ont passé leur vie à essayer de la gagner : "Tous les deux, on n’a jamais pris de salaire. C’était impossible. On a mis de côté le privé pour que l’exploitation survive. Il y a cette fierté de payer ses factures, de ne pas être montré du doigt, mais maintenant stop ! Stop !"

"Produits laitiers : où va l'argent du beurre ?", une enquête de Jean-Baptiste Renaud diffusée mardi 16 janvier 2018 sur France 2. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.