VIDEO. En Grèce, des ânes sont maltraités pour les touristes

Des images révélées par l’ONG Peta ont permis de rendre compte de la maltraitance dont sont victimes les ânes sur l’île de Santorin, en Grèce.

BRUT

Derrière la carte postale, l’île de Santorin (Grèce) cache des animaux en souffrance. Sur cette île très prisée des touristes des ânes et des mules sont utilisés pour transporter des charges et promener de nombreux touristes sur les chemins escarpés. Les bêtes relient, par exemple, plusieurs fois par jour, la ville de Fira à son port, soit 600 marches. En plus de supporter des charges parfois trop lourdes, les animaux sont souvent exposés au soleil brûlant et souffrent de déshydratation. Sur des images diffusées par l’ONG Peta, on peut apercevoir de nombreux ânes blessés, assoiffés ou frappés par leur propriétaire. Celles-ci ont entrainé de nombreuses réactions contre la maltraitance des ânes sur l’île. Une pétition a notamment récolté plus de 108 000 signatures et des manifestations se sont organisées. Nili Hadida, chanteuse du groupe Lilly Wood & The Prick, témoigne dans une vidéo : "L'île de Santorin en Grèce  est le théâtre quotidien de maltraitance animale. S'il vous plaît, quand vous partez en vacances, ne montez jamais sur le dos d'un âne ou de n'importe quel autre animal. Et faites en sorte que notre plaisir ne passe pas par le sacrifice ou l'asservissement d'un être vivant qui n'a rien demandé."

Des mesures annoncées

À la suite de la révélation de ce scandale et pour ne pas nuire à l’image de l’île, le maire de Santorin et le gouvernement grec ont annoncé plusieurs mesures : le poids porté par les ânes sera limité à 100 kilos ou 1/5ème de leur poids. Ils devront travailler moins longtemps, être mieux abreuvés et les propriétaires non-respectueux seront exclus. Mais en raison de la saturation touristique - environ 2 millions de visiteurs chaque année - et du manque de moyens de transport sur place, les ânes n’en ont pas encore fini.

VIDEO. En Grèce, des ânes sont maltraités pour les touristes
VIDEO. En Grèce, des ânes sont maltraités pour les touristes (BRUT)