Vidéo Cette ferme se prépare en cas "d'effondrement"

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
Voilà comment les habitants de cette ferme des Pyrénées-Atlantiques s'organisent pour s'approcher de l'autonomie alimentaire et énergétique.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Voilà comment les habitants de cette ferme des Pyrénées-Atlantiques s'organisent pour s'approcher de l'autonomie alimentaire et énergétique.

À Méracq, dans les Pyrénées-Atlantiques, les habitants de cette ferme collective ont un objectif : se rapprocher de l'autonomie alimentaire et énergétique afin d'être prêts en cas "d'effondrement". "L'idée, c'était de mutualiser beaucoup de tâches : faire la cuisine en commun, vivre tous dans la même maison, ça permet de faire des économies d'échelle en fait qui libèrent du temps, il y a aussi l'idée qu'on puisse se remplacer les uns les autres", explique Clément Osé, habitant de la Ferme légère et auteur de "De la neige pour Suzanne". "Le but, à l'époque, ça a pas beaucoup changé mais c'était d'avoir un lieu de vie le plus écologique possible, arriver à avoir une empreinte écologique la plus faible possible et on se dit qu'à plusieurs, c'est plus facile, qu'on peut mettre plus de choses en place et les questions d'effondrement sont venues bien plus tard", ajoute Marc Pleysier, cofondateur de la Ferme légère et auteur de "Voyage en effondrement..."

D'un point de vue de l'autonomie, des systèmes électriques ou encore de la flotte, les fondateurs de la ferme ne s'estiment pas prêts pour ce qu'ils appellent "un gros effondrement". Mais ils espèrent déjà développer une "certaine résilience". Par exemple, ils s'estiment prêts pour une pandémie mondiale. Aujourd'hui, les habitants de la Ferme légère possèdent 800 000 mètres carrés de mises en culture, ce qui équivaut à des légumes pour les deux tiers de l'année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.