VIDEO. "Ce qu'on veut, c'est remplacer l'agriculture de masse par une masse d'agriculteurs", explique Jean-Martin Fortier

Une ferme à "échelle humaine" et rentable, c'est ce qu'a créé le québécois Jean-Martin Fortier. Et il souhaite montrer qu'une révolution agricole est possible. Rencontre.

BRUT
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Jean-Martin Fortier a fondé au Québec Les jardins de la Grelinette, une micro-ferme bio intensive devenue un modèle du genre. Son idée : multiplier le nombre de petites fermes. Il explique que les personnes venant dans sa ferme sont captivées par deux points : la beauté du lieu et la petite taille du lieu. En effet, sa ferme est particulièrement petite (1 hectare et 4 employés) mais malgré tout très productive. Dans son petit havre de paix, Jean-Martin Fortier vante la diversité de son activité. "On est toujours en train de varier les tâches", s'enthousiasme-t-il.

Faire plus avec moins

Avec Les jardins de la Grelinette, il estime aujourd'hui contribuer à un monde meilleur. "C'est mener par l'exemple, c'est arrêter de rouspéter et de faire les Che Guevara de salon et puis se dire : 'Moi, je fais, j'ai un impact, je contribue, je suis un acteur du changement, je suis un agriculteur, je suis fier, je fais un beau métier et je contribue à un monde meilleur.'"

Multiplier les petites fermes, c'est une façon d'approvisionner les communautés et non de nourrir le monde. "Il faut arrêter de voir trop large. C'est une ferme à la fois", martèle Jean-Martin Fortier avant de conclure : "Le modèle aujourd'hui, c'est un cul-de-sac."

VIDEO. \"Ce qu\'on veut, c\'est remplacer l\'agriculture de masse par une masse d\'agriculteurs\", explique Jean-Martin Fortier
VIDEO. "Ce qu'on veut, c'est remplacer l'agriculture de masse par une masse d'agriculteurs", explique Jean-Martin Fortier (BRUT)