Sommet de l'élevage : Emmanuel Macron interpellé et mis sous pression par des exploitants

En visite au Sommet de l'élevage, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), vendredi 4 octobre, Emmanuel Macron, accompagné de ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a rencontré les professionnels de ce secteur en crise. Les exploitants ont interpellé le chef de l'État sur leurs difficultés.

Venu de Rodez (Aveyron), à 200 km de là, après avoir entendu, jeudi 3 octobre, les doléances des citoyens sur la réforme des retraites, Emmanuel Macron a décidé d'affronter les éleveurs, vendredi. Une grande partie d'entre eux sont inquiets ou en colère. Le moral a des raisons très concrètes, selon eux, d'être au plus bas. Il y a les effets de la sécheresse, le bétail qui manque de fourrage, le débat sur les pesticides et surtout le fameux Ceta, l'accord de libre-échange avec le Canada, qui ne passe décidément pas dans le monde paysan.

Blocages et opérations escargot dès lundi 7 octobre

Emmanuel Macron sait que la tension monte chez les agriculteurs. Pour protester notamment contre le Ceta, ratifié à l'Assemblée nationale, mais pas encore au Sénat, le FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) a prévu une montée en puissance des manifestations. Blocages et opérations escargot sont à prévoir dès lundi 7 octobre. Emmanuel Macron aura tenté de faire baisser la pression.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron à l\'Elysée, à Paris, le 20 septembre 2019.
Emmanuel Macron à l'Elysée, à Paris, le 20 septembre 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)