Cet article date de plus de deux ans.

Pyrénées : ce Parisien a tout plaqué pour devenir berger

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Pyrénées : tout plaquer pour devenir berger -
Pyrénées : ce Parisien a tout plaqué pour devenir berger Pyrénées : tout plaquer pour devenir berger - (France 2)
Article rédigé par France 2 - J.Coulais, G.Baslé, E.Dromentin
France Télévisions
France 2

Certaines reconversions professionnelles sont plus surprenantes que d'autres. Dans les Pyrénées, le journal du 20 Heures vous emmène à la rencontre d'un homme qui a tout quitté pour devenir berger.

On peut le croiser au détour d'une randonnée. La montagne, c'est le territoire du berger. David Pageot était acheteur industriel à Paris. Il a quitté son travail et sa famille pour suivre une formation de berger dans les Pyrénées. Pour lui, tout commence cet été. Il garde 176 brebis en montagne. "J'étais assis à un bureau dix heures par jour devant un ordinateur, et là je me retrouve debout toute la journée, debout à cinq heures, couché à 23 heures, à crapahuter sur des chantiers de montagne, c'est un gros changement", résume David Pageot.

De cinq heures du matin à onze heures du soir

Le confinement, le télétravail, et une envie de retour à la nature ont joué. À 51 ans, il a décidé cela sur un coup de tête. "On peut toujours trouver des raisons logiques, mais c'est quelque chose qui prend un peu aux tripes", explique-t-il. Il a de nouvelles responsabilités : éviter de perdre les brebis, qu'elles ne se blessent ou ne fassent de mauvaises rencontres. Il y a quelques jours, un des chiens a détecté un danger : des ours rôdent. Et quand la machine de traite tombe en panne, il faut se relayer toute la matinée pour le faire à la main.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.