Protestations des agriculteurs en Inde : nouveaux affrontements à New Delhi

Les protestataires s'opposent depuis deux mois à des réformes visant à libéraliser les marchés agricoles, régulés depuis des décennies par l'Etat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des agriculteurs indiens manifestent à New Delhi en Inde contre des réformes agricoles, le 28 janvier 2021. (MAYANK MAKHIJA / NURPHOTO / AFP)

Ils manifestent depuis deux mois. Des dizaines de milliers d'agriculteurs indiens, pour la plupart venus de l'Etat du Punjab (Nord), campent depuis novembre sur les principaux axes routiers aux portes de New Delhi pour protester contre les réformes agricoles annoncées par le gouvernement de Narendra Modi. Vendredi 29 janvier, des affrontements ont éclaté entre eux et des opposants à leur mouvement de protestation.

La police a lancé des gaz lacrymogènes et tenté de disperser les groupes rivaux à coups de bâton. Un policier a été blessé à la main par un agriculteur qui brandissait une épée, selon un journaliste de l'Agence France Presse sur place. La tension était déjà montée d'un cran mardi, jour de la fête nationale, lorsque des milliers de manifestants sur des tracteurs sont entrés dans Delhi avant de prendre d'assaut l'emblématique palais Fort rouge. Un agriculteur a été tué quand son tracteur s'est accidentellement retourné, et près de 400 policiers ont été blessés.

Libéralisation des marchés agricoles

Les protestataires s'opposent à des réformes visant à libéraliser les marchés agricoles, régulés depuis des décennies par l'Etat avec des prix minimum garantis. Ils estiment que la réforme permettra aux conglomérats indiens de contrôler l'industrie agro-alimentaire.

Le poids du secteur agricole dans le pays est considérable et assure la subsistance de près de 70% de 1,3 milliard d'habitants. Il contribue également à environ 15% du PIB. La "révolution verte" des années 70 a permis à l'Inde, pourtant régulièrement confrontée à des pénuries alimentaires, de devenir un pays excédentaire, aujourd'hui important exportateur.

Cependant, le secteur dont les revenus stagnent depuis quelques décennies a grand besoin d'investissements et de modernisation. Selon une enquête du ministère de l'Agriculture sur la période 2015-2016, plus de 85% des agriculteurs possédaient moins de deux hectares de terres et moins d'un agriculteur sur cent était propriétaire de plus de 10 hectares. L'Inde octroie en moyenne 32 milliards de dollars de subventions aux agriculteurs chaque année, selon le ministère des Finances.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.