Cet article date de plus de dix ans.

Prix du porc : mobilisation des éleveurs, coup de pouce du gouvernement

Après les producteurs de lait, les éleveurs de porc sonnent la mobilisation, essentiellement dans le Grand Ouest. Leurs revendications restent les mêmes, depuis plusieurs mois : faire monter le prix de vente au-dessus des coûts de production. Sur France Info, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, promet un coup de pouce.
Article rédigé par Gilles Halais
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Les premières opérations coup de
poing ont eu lieu dès lundi soir, à l'appel de la FNP (branche porcine de la
FNSEA) et des Jeunes Agriculteurs. Les éleveurs en colère ont arrêté des
camions frigorifiques dans le Nord et l'Ouest (notre photo), pour contrôler la provenance des
viandes. Dans leur collimateur, le porc d'importation, bien moins cher que la
viande française, mais chère au cœur de l'industrie charcutière qui en utilise
20 % en moyenne dans ses préparations.

Ils prévoient de mener le même type d'opération directement dans les
supermarchés.

Du coup, la filière porcine
française s'effondre. Le cheptel porcin français comptait 25 millions de têtes
en 2010, il devrait tomber à 23 millions fin 2013. Les prix suivent le même
chemin : "Depuis plusieurs mois, on a un prix de vente inférieur aux coûts
de production",
dénonce Jean-Michel Serres, président de la FNP.

Deux centimes par tranche de jambon

Les éleveurs demandent deux choses
: l'étiquetage obligatoire de l'origine des viandes afin de mettre en avant la
viande française et, concernant les prix, que la grande distribution fasse "un
peu moins de promotions déraisonnables
[...] Il en va de la sauvegarde de
la production porcine française",
explique Jean-Michel Serres.

Invité de France Info mardi matin,
le ministre de l'Agriculture a promis un coup de pouce aux éleveurs. Stéphane
Le Foll va "forcer chacun dans la filière à faire en sorte qu'on
augmente le prix
[...] C'est possible", selon le ministre, sans
toutefois s'engager sur un chiffre. Les éleveurs réclament une hausse de 25
centimes au kilo : une augmentation qui correspond, selon Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, à "deux centimes par tranche de jambon."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.