Cet article date de plus d'un an.

Oise : de 200 à 250 personnes ont manifesté en soutien à l'éleveur de vaches condamné pour "trouble anormal de voisinage"

Vincent Verschuere, éleveur à Saint-Aubin-en-Bray, a été condamné en appel en janvier 2022 à verser 100 000 euros à ses voisins

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Vincent Verschuere, devant ses vaches, à Saint-Aubin-en-Bray, a été condamné à plus de 100 000 euros de dommages et intérêts. (GUILLAUME GAVEN / RADIOFRANCE)

Entre 200 et 250 personnes se sont rassemblées, vendredi matin, à Saint-Aubin-en-Bray, dans l'Oise, à l'ouest de Beauvais, en soutien à Vincent Verschuere, un éleveur laitier condamné en appel en janvier 2022 à verser 100 000 euros à ses voisins pour "trouble anormal de voisinage", rapporte France Bleu Picardie. On lui reproche le bruit et l'odeur de ses vaches, un conflit qui dure depuis dix ans maintenant.

>> Oise : un éleveur de vaches condamné pour "nuisances sonores et olfactives", des élus et la FNSEA se mobilisent

L'appel à manifester a été lancé par la FNSEA. "Quand la situation de Vincent Verschuere et de sa famille a été évoquée au congrès il y a peu, toute la salle s'est levée pour apporter son soutien", explique Christiane Lambert. La présidente de la FNSEA était donc en tête du cortège "au titre de tous les agriculteurs français pour dire que nous n'acceptons pas qu'une telle décision puisse mettre en péril une exploitation."



Elle ajoute : "L'agriculture est une activité du vivant, quand on a des vaches, des moutons, des cochons, il y a des moments où il y a des bruits, des odeurs. Donc on ne peut pas venir au Salon de l'agriculture, s'en réjouir, dire chouette la campagne vient à la ville et quand on vient à la campagne, la vouloir aseptisée avec zéro défaut, zéro bruit, zéro odeur."

La famille Verschuere a eu toutes les autorisations pour implanter son bâtiment. Donc cette décision "a un côté totalement incompréhensible. J'attends surtout que la justice soit raisonnable", ajoute Christiane Lambert.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.