Loi alimentation : des résultats peu satisfaisants pour les agriculteurs

Votée en 2018, la loi alimentation avait vocation à mieux rémunérer les agriculteurs dans leurs négociations avec la grande distribution. L'UFC-Que Choisir publie vendredi 11 octobre un bilan assez contrasté.

France 2

Des super-promotions interdites en grande surface. C'est ce qu'a permis la loi alimentation votée en 2018. Pour mieux rémunérer les agriculteurs, les prix en rayon ont donc grimpé. Selon une étude de l'association UFC-Que Choisir publiée vendredi 11 octobre, le prix du bœuf a augmenté de 21 centimes le kilo. Mais seulement 9 centimes ont fini dans la poche des éleveurs. L'industrie et la grande distribution ont capté le plus gros : 11 centimes en plus par kilo.

La Fédération de la grande distribution remet en cause l'étude

"On fondait beaucoup d'espoir sur ça pour redonner de l'oxygène à tout le monde de l'élevage. La tendance des prix est même à la baisse, on n'a absolument rien vu venir suite aux états généraux de l'alimentation", confie Michel Caillé, éleveur bovin. La Fédération de la grande distribution remet en cause les résultats de l'étude de l'UFC-Que Choisir et affirme que les prix n'ont pas autant augmenté dans les rayons. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Baptiste Moreau, député LREM de la Creuse, agriculteur de métier et rapporteur du projet de loi Agriculture et alimentation, le 13 juin 2017, dans son exploitation.
Jean-Baptiste Moreau, député LREM de la Creuse, agriculteur de métier et rapporteur du projet de loi Agriculture et alimentation, le 13 juin 2017, dans son exploitation. (PASCAL LACHENAUD / AFP)