Cet article date de plus de cinq ans.

Le plan pour la biodiversité doit être "cohérent, ambitieux" et ne pas toucher "seulement des choses ponctuelles"

L'idée d'un plan biodiversité présenté par le gouvernement est quelque chose de "positif", affirme mercredi le vice-président de France Nature Environnement sur franceinfo. Mais Jean-David Abel attend de voir les moyens alloués à ces mesures.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'association France Nature Environnement attend du plan biodiversité présenté par le gouvernement mercredi qu'il soit "cohérent, ambitieux, qui ne touche pas seulement des choses ponctuelles." (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

"Il est plus que temps de mettre en place des politiques pérennes capables d'inverser la tendance et de restaurer cette biodiversité", a estimé mercredi 4 juillet sur franceinfo Jean-David Abel, vice-président de France Nature Environnement, responsable du réseau biodiversité. Il attend un plan "cohérent, ambitieux, qui ne touche pas seulement des choses ponctuelles."

Le plan biodiversité de Nicolas Hulot est présenté mercredi, pour enrayer le déclin des espèces et des espaces naturels.

franceinfo : Pourquoi parle-t-on du recul de la biodiversité ?

Jean-David AbelCela veut dire qu'il y a de plus en plus de milieux agricoles ou naturels qui sont artificialisés. Tous les éléments que l'on a sur le suivi des espèces d'oiseaux, d'insectes et de mammifères montrent qu'ils sont en danger. On a depuis ces dix dernières années, de manière accélérée, des données scientifiques qui nous disent que les espèces et les milieux vont mal pour des raisons de pollution, d'artificialisation. Il est plus que temps de mettre en place des politiques pérennes capables d'inverser la tendance et de restaurer cette biodiversité.

Les mesures pré-annoncées vont-elles dans le bon sens ?

L'idée qu'il y ait un plan ambitieux et cohérent sur tout un tas de sujets est quelque chose de positif par rapport à ces années pendant lesquelles les politiques publiques ont été insuffisamment volontaires ou dotées. Ce qu'on attend, c'est que le plan soit cohérent, ambitieux, qu'il ne touche pas seulement des choses ponctuelles. Donc, ce qu'on va regarder ce sont les moyens alloués à ce plan et s'il y a des moyens vraiment nouveaux et non pas des recyclages de moyens déjà utilisés. Il y a un montant pertinent autour de 200 millions. C'est important pour nous que ce plan soit intersectoriel, c'est-à-dire qu'il concerne les ministères de l'Agriculture, de l'Industrie, de l'Aménagement du territoire, les infrastructures, pour ne pas qu'il y ait des politiques publiques qui dégradent la biodiversité pendant que le ministère de la Transition écologique est censé le protéger.

Cette présentation en comité interministériel est donc une bonne chose ?

C'est un point positif, mais là encore il va falloir que l'on regarde précisément ce que ces autres ministères vont proposer dans leurs propres feuilles de route comme mesures en faveur de la biodiversité. L'objectif de zéro artificialisation net des sols peut-être un tournant majeur parce que l'artificialisation est vraiment une cause de régression de la biodiversité. Mais il faudra voir si entre l'intention que l'on partage et les moyens mis en place, les mesures sont en adéquation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.