La préfecture de Toulouse et deux permanences LREM visées par des actions des agriculteurs

Un syndicat agricole revendique cette action pour interpeller les députés du département, dont une bonne partie a voté pour l'accord du CETA.

 Du fumier a été déversé devant la permanence de la députée LREM Monique Iborra. 
 Du fumier a été déversé devant la permanence de la députée LREM Monique Iborra.  (MARIUS DELAUNAY/ RADIO FRANCE)

A l'initiative de la FDSEA 31, plusieurs agriculteurs ont déposé dans la soirée du jeudi 1er août du fumier devant la préfecture de Toulouse. Ils s'en sont également pris aux permanences de deux députés La République en marche (LREM), rapporte France Bleu Occitanie. Une opération coup de poing pour dénoncer l'accord de libre-échange avec le Canada, le Ceta. Plusieurs permanences de députés de la majorité ont été dégradées depuis la ratification du traité.

Une vingtaine d'agriculteurs ont d'abord versé pas moins de 20 tonnes de fumier devant la permanence de Monique Iborra à Tournefeuille, à l'ouest de Toulouse. La députée LREM avait voté en faveur du Ceta, tout comme sa collègue Corinne Vignon, qui a vu elle sa permanence de Toulouse murée avec des parpaings dans la soirée.

Une action "coup de poing"

Pour Luc Mesbah, secrétaire adjoint de la FDSEA 31, interrogé par France Bleu, le dépôt de fumier correspond à "toute la merde" qui sera amenée par le Ceta. "Aujourd'hui, explique-t-il, cet accord est suicidaire pour nous les agriculteurs et fera baisser toutes les normes de qualité, au détriment de notre agriculture, qui sera toujours plus concurrencée." 

>>> "On travaille dans un contexte de menaces" : les députés LREM inquiets après de nouvelles attaques de permanences

La FDSEA 31 revendique une action "coup de poing" pour interpeller les députés du département, dont une bonne partie a voté pour l'accord du Ceta. Les agriculteurs les avaient conviés à en débattre avec eux lundi 29 juillet mais aucun député n'était présent pour les discussions.