Intoxication au métam-sodium : une plainte a été déposée par une association après 70 cas dans le Maine-et-Loire

L'association La Sauvegarde de l'Anjou affirme ce lundi sur franceinfo avoir porté plainte contre "les personnes à l’origine de cette intoxication" au métam-sodium dans le Maine-et-Loire.

Le métam-sodium est notamment utilisé dans les champs de mâche.
Le métam-sodium est notamment utilisé dans les champs de mâche. (CHRISTIAN WATIER / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La préfecture du Maine-et-Loire a suspendu jusqu'au vendredi 26 octobre l'utilisation du métam-sodium, un pesticide utilisé pour désinfecter les sols, après trois cas distincts d'intoxication, rapporte franceinfo dans une enquête parue lundi 22 octobre. En tout, elle recense 70 personnes intoxiquées entre le 28 septembre et le 12 octobre dans une zone en bord de Loire à l'est d'Angers. 

L'association La Sauvegarde de l'Anjou a annoncé lundi 22 octobre sur franceinfo avoir "porté plainte au deuxième accident et au troisième accident" au métam-sodium, a annoncé sur franceinfo Florence Denier-Pasquier, vice-présidente de l'association. Dans un communiqué, La Sauvegarde de l'Anjou explique que les poursuites concernent "les personnes à l’origine de cette intoxication".

Il y a très peu d'informations sur cette intoxication sévère, sur les suites et les conséquences.Florence Denier-Pasquierà franceinfo

Le métam-sodium est utilisé depuis longtemps et "on déplore très peu d'incidents", a expliqué Antoine Thiberge, président de la Fédération des Maraîchers nantais. Il souligne que : "lorsqu'il est appliqué dans les conditions recommandées dans le cadre de la formation obligatoire, il n'y a pas de difficultés particulières."

Des explications auxquelles n'adhère pas du tout Florence Denier-Pasquier. "Ce monsieur minimise volontairement la toxicité de ce produit qui est parfaitement connue et identifiée, a-t-elle souligné sur franceinfo. Il aurait dû être interdit en 2015, mais il a été prolongé jusqu'en 2022. Dans un rapport fait par le ministère de la Santé, de l'Ecologie et de l'Agriculture, il est en tête des produits à éliminer rapidement parce qu'il est très volatil et élimine toute forme de vie dans le sol."