Inflation sur les produits alimentaires : pourquoi de tels écarts de prix entre enseignes ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min
Inflation sur les produits alimentaires : à qui profite la hausse des prix ? -
Inflation sur les produits alimentaires : à qui profite la hausse des prix ? Inflation sur les produits alimentaires : à qui profite la hausse des prix ? - ()
Article rédigé par L'Oeil du 20 heures
France Télévisions

15,9% d’inflation sur les produits alimentaires en un an selon l’INSEE. Dans les supermarchés, les prix continuent de s’envoler. Mais dans des proportions qui varient d’une enseigne à l’autre. L’Oeil du 20H a scanné plusieurs produits et tenté de comprendre les écarts de prix parfois conséquents entre les différents magasins. 

Rectificatif. Une erreur s’est malencontreusement glissée dans ce reportage. Nous comparions le prix de 4 tranches de jambon vendues dans 4 enseignes différentes. Nous indiquions un prix de 3€55 chez Casino mais il s’agissait d’un jambon sans nitrite et donc vendu plus cher que les jambons avec nitrite de la concurrence. Casino ne vend pas le produit comparé en paquet de 4 tranches. Nous vous prions d’excuser cette erreur.

_________________________________________________________________________________________

Nous avons comparé les prix de quatre produits de grande marque, à Clamart commune des Hauts-de Seine au sud de Paris.

Quatre enseignes dans un rayon d’ 1,5 kilomètres seulement : Carrefour, Casino, Super U et Lidl. Sur notre liste de courses : du Camembert, du jambon, des pâtes et du dentifrice. Constat : notre camembert est vendu 1,89 chez Lidl, jusqu’à 2,59 chez Carrefour. Soit un écart de 37% entre la moins chère et la plus chère des quatre enseignes. 

Des prix sont librement fixés par chaque enseigne

Première explication : les prix sont librement fixés par chaque enseigne et ils peuvent varier d’un jour à l’autre. Dans ce supermarché Casino par exemple, la responsable nous explique que les tarifs sont définis par la direction du groupe et qu’elle n’a pas la main dessus : “Tout est automatique. La centrale lance les prix sur un logiciel et tout redescend en caisse la nuit, sur l’étiquetage." 

Mais alors pourquoi certaines enseignes affichent-elles des prix plus élevés ? Pourquoi payez-vous parfois un produit plus cher dans 2 supermarchés voisins ?

Autre explication : la négociation entre les supermarchés et les industriels. Silvia Bravard-Meunier, vice Présidente et experte en négociation chez ADN Groupe, en sait quelque chose. Elle accompagne les fournisseurs dans leur “bras de fer”, dit-elle, avec les enseignes. Et le résultat de ces discussions déterminera le prix du produit en caisse : "Ces négociations sont réputées pour être très dures, réputées même pour être les plus dures mondialement d’un point de vue commercial. Il y a parfois certaines dérives, de l’agressivité, des menaces et des ultimatums."

La rentabilité de la grande distribution en diminution de 1% depuis 2019

En cette période d’inflation, certaines enseignes privilégieraient-elles une augmentation de leur marge au détriment du consommateur ? Selon un récent rapport de l'Inspection générale des finances, la rentabilité de la grande distribution a diminué de 1% seulement depuis 2019. Quand celle de l’industrie agroalimentaire a “significativement baissé de 16 %“.

Des prix variables selon la zone de chalandise

Le sujet des marges est un secret que les grandes surfaces se gardent bien de dévoiler. Mais nous avons réussi à obtenir quelques réponses. Super U, par exemple, assume vendre certains articles plus chers que ses concurrents dans une même zone géographique, un produit populaire se vendra même s’il est plus cher. Pour ce membre de la direction de l'enseigne : “Chaque magasin reste libre de faire ce qu’il désire avec ses tarifs en magasin. Et va chercher la marge où il le peut. Sur les 15 000 références d'un magasin, le taux de marge n’est évidemment pas le même. Il y a les produits que l'on va vendre avec une marge faible et d’autres produits sur lesquels la marge sera plus importante”. 

Les coûts de fonctionnement élevés jouent évidemment sur les prix

Direction de Carrefour

à L'Œil du 20h

Du côté du groupe Carrefour, la direction avance une autre explication. L’écart de prix constaté entre nos quatre enseignes serait aussi lié au coût de fonctionnement des magasins : “Les prix ne sont pas les mêmes dans tous les magasins, en fonction de la superficie de l'établissement. Les conditions salariales jouent aussi puisque les salariés sont payés sur 14 mois. Les coûts de fonctionnement élevés jouent sur les prix, évidemment.

Parmi nos quatre grandes enseignes, Lidl tire son épingle du jeu sur le jambon notamment et explique pourquoi ce produit coûte jusqu’à 59% moins cher que la concurrence : “On ne commande qu’une seule référence nationale - que les Français plébiscitent - pour nos 1600 magasins. Ça fait du volume et donc des prix bas”

Selon une étude récente, l’écart moyen des prix à la caisse entre les enseignes les plus chères et les moins chères n’a historiquement jamais été aussi important.

PARMI NOS SOURCES 

- L'inflation des produits alimentaires" - Rapport de l'IGF (novembre 2022)

- Mise à jour des constats relatifs à la hausse des prix des produits alimentaires - IGF (mars 2023)

- En mars 2023, les prix à la consommation augmentent de 5,6 % sur un an - INSEE (mars 2023)

Projections macroéconomiques - Banque de France (mars 2023)

Négociations commerciales et inflation : des tensions inédites, des pratiques contestables - Rapport du Sénat (juillet 2022)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.