Haute-Loire : découverte d’un élevage clandestin de sangliers

Un hélicoptère des gendarmes a localisé la semaine dernière une exploitation sauvage de sangliers. La prolifération anormale de ces animaux, responsable de dégâts dans les cultures, avait suscité la colère d’agriculteurs.

(GREGOR FISCHER / DPA)

Un élevage clandestin de sangliers a été découvert dans une commune de Haute-Loire il y a une semaine des gendarmes, par un hélicoptère de gendarmerie. Ce dernier a permis de débusquer cette exploitation sauvage d'une soixantaine de bêtes située en pleine forêt à Bas-en-Basset. C'est la prolifération anormale de sangliers dans le coin malgré un plan de chasse pour les éradiquer qui a fini par mettre la puce à l'oreille des autorités locales.

250 000 euros de dégâts

Les sangliers étaient enfermés dans un parc grillagé d'une cinquantaine d'hectares à l'abri des regards. Si les gendarmes ont compté quelque 64 sangliers, les autorités assurent qu’il pourrait y en avoir 150. Ces derniers temps, de nombreux dégâts sur les exploitations agricoles du secteur avaient été rapportés. On estime les dégâts à plus de 250 000 euros, indique la FDSEA de Haute-Loire.

"On ne comprend pas pourquoi les autorités ne sont pas intervenues auparavant, déplore son président Yannick Fialip. On est donc un peu remontés… Nous pensons mettre en place des dispositifs de surveillance dans les communes : à chaque fois que nous trouverons un élevage, peut-être ferons-nous nous-mêmes la police." "Il est insupportable, poursuit-il, pour un agriculteur, de voir son travail réduit à néant à causes des agissements d’une personne qui enfreint toutes les lois et lâche des sangliers au milieu des parcs."

Revendus pour des parties de chasse

Le propriétaire de cet élevage clandestin déjà démantelé en 2010 revendait les animaux vivants à des chasseurs pour des parties de chasse. "Même avec le plan de chasse que nous avions monté en puissance, le nombre de sangliers restait identique, voire supérieur. Nous nous doutions qu’une telle reproduction n’était pas naturelle, qu’il existait un élevage clandestin." La FDSEA demande l'abattage de toutes les bêtes et la destruction du parc, faute de quoi ils mèneront, assurent-ils, une action syndicale de la part des agriculteurs pour "démonter les grilles du parc".