Grippe aviaire : 10 millions de volailles abattues en France depuis le début de l'épizootie

Le bilan est nettement plus lourd que les années précédentes en raison d'une flambée inédite dans la région des Pays de la Loire, selon le ministère de l'Agriculture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un élevage de canards en plein ait, à Challans (Vendée), le 27 juillet 2020.  (PHILIPPE ROY / AURIMAGES / AFP)

Cet épisode de grippe aviaire est le plus sévère qu'ait connu la France. Depuis le premier cas recensé dans le nord de la France, fin novembre, 10 millions de volailles ont été abattues pour endiguer l'épizootie, a fait savoir le ministère de l'Agriculture, mercredi 23 mars. Près de la moitié se trouvait dans la région Pays de la Loire, deuxième territoire de production des volailles françaises après la Bretagne, où deux cas ont par ailleurs été récemment recensés.

Au total, près de 1 000 élevages ont été contaminés par le virus, dont au moins 450 en Vendée, où les autorités sont en train de vider les élevages de volailles via des abattages massifs d'animaux malades mais aussi sains, préventivement. En quelques semaines, le bilan dans ce département jusqu'alors indemne est devenu beaucoup plus lourd que celui des Landes (231), bassin de production régulièrement touché depuis 2015. Le nombre de cas augmente aussi dans les départements limitrophes de la Vendée : 70 en Loire-Atlantique, 58 en Maine-et-Loire.

Canards, dindes, faisans, poules pondeuses…

D'ordinaire, les crises liées à la grippe aviaire restent globalement circonscrites au Sud-Ouest, en particulier aux élevages de canards destinés à la production de foie gras. L'an dernier, près de 500 foyers avaient été recensés dans des élevages et 3,5 millions d'animaux, essentiellement des canards, avaient été abattus. Le lourd bilan de cette année est attribué à la flambée inédite de cas dans la région des Pays de la Loire.

Selon le dernier bulletin de la plateforme française d'épidémiosurveillance en santé animale (ESA), les exploitations touchées y sont "principalement" des "élevages de palmipèdes (gras ou maigre) mais une grande diversité de types de production sont touchés : canards mulards, canards Pékin, canards de Barbarie, dindes, cailles, faisans, poulets de chair, poules pondeuses. Des élevages de reproducteurs sont également touchés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.