Glyphosate : un danger pour la santé des agriculteurs

L'utilisation du glyphosate a causé chez certains agriculteurs des problèmes de santé irréversibles. L'État leur verse une légère compensation, mais les industriels qui ont mis en vente les produits sans donner d'informations sur leur dangerosité ne leur versent rien.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Tout devient de plus en plus difficile pour Benoît Tornier, viticulteur atteint de la maladie de Parkinson depuis 10 ans. Dans les années 80, il avait pour habitude d'épandre des pesticides sans aucune protection, à bord d'un tracteur sans cabine. L'agriculteur ne peut plus travailler, il a cédé son exploitation à un voisin, plus jeune et plus sensibilisé aux procédures de sécurité. Il manipule les pesticides avec une combinaison et un masque, son tracteur est équipé d'une cabine étanche pour l'épandage. Conscient de la toxicité de certains produits phytosanitaires, il cherche désormais des alternatives, notamment pour remplacer le glyphosate, herbicide toujours autorisé.

Pas d'indemnisation de la part des industriels

La question est d'autant plus urgente qu'au cours de ces dernières années, près de 150 agriculteurs ont été reconnus en maladie professionnelle à cause des pesticides. L'État leur verse une légère compensation chaque mois (450 € pour Benoît Tornier), mais les industriels qui ont mis les produits sur le marché ne payent rien. L'incidence de la maladie de Parkinson est beaucoup plus importante dans les zones viticoles. Malgré plusieurs études et le vote favorable du Sénat, le Fonds d'indemnisation des victimes n'a toujours pas été créé. Le glyphosate, lui, ne devrait pas disparaître de nos campagnes avant 2021.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des flacons de glyphosate dans un magasin de jardinage à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 28 novembre 2017. 
Des flacons de glyphosate dans un magasin de jardinage à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 28 novembre 2017.  (DENIS THAUST / CROWDSPARK / AFP)