Gironde : des hélicoptères survolent les vignes pour les sauver du gel : "Ce n'est pas écolo, mais c'est une goutte d'eau"

Cette méthode permet de réchauffer l'air autour des vignes et de les protéger du gel, mais elle est évidemment très coûteuse.

Le passage des hélicoptères permet de réchauffer l\'air autour des vignes et de lutter contre le gel.
Le passage des hélicoptères permet de réchauffer l'air autour des vignes et de lutter contre le gel. (Chateau d'Arsac)

Des hélicoptères pour sauver les vignes du gel. Pour la deuxième nuit consécutive, le propriétaire du domaine viticole Château d'Arsac (Gironde), dans l'appelation margaux, a fait voler trois appareils à une quinzaine de mètres d'altitude au-dessus de son vignoble de 110 hectares, pour y ramener de l'air chaud et sauver la future récolte. Invité de franceinfo lundi 6 mai, Philippe Raoux explique qu'il n'y a "pas d'autre solution" et détaille le plan de bataille mis en place pour sauver ses vignes. En 2017, cinq jours de gel avaient détruit 90% de la récolte.

franceinfo : Pourquoi avoir fait appel à des hélicoptères cette nuit ?

Philippe Raoux : Pour pallier ces caprices climatiques et ce retour du froid, il n'y a pas d'autre solution que d'utiliser des hélicoptères, qui nous font gagner un degré à un degré et demi, sur le domaine qui fait environ 110 hectares.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Avec leurs pales, les hélicoptères ramènent de l'air chaud sur les ceps de vigne et on gagne un peu en température. Un degré à un degré et demi, pas plus, mais ça se joue à peu de chose. La vigne peut supporter le froid jusqu'à −1°C maximum. Là, grâce aux hélicos, on passe presque en positif. Les hélicoptères volent à peu près une heure trente, jusqu'au lever du soleil. On a installé des thermomètres un peu partout dans la vigne, et dès que la température redevient positive, on les arrête. C'est le deuxième jour que l'on fait ça. Il ne faudrait pas que ça dure trop parce que ça va plomber notre compte d'exploitation. Ça nous coûte environ 5 000 à 6 000 euros par hélicoptère.

N'y a-t-il pas aussi un coût écologique important, avec cette méthode ?

Ce n'est effectivement pas écolo, mais c'est une goutte d'eau. Je m'occupe de la propriété depuis 32 ans, et c'est la première fois qu'on fait ça. On n'a pas d'autre moyen pour sauver notre vignoble. On avait déjà installé des brûlots en bordure de vignoble avec des vieux ceps de vigne que l'on fait brûler, mais on n'a pas du tout l'efficacité qu'on obtient avec des hélicoptères.

Cette situation climatique est-elle exceptionnelle ?

Nous subissons des caprices climatiques, c'est quelque chose qui arrive tous les 10 ou 15 ans, et que l'on a déjà connu par le passé. Mais en raison du réchauffement climatique, on a aussi désormais une végétation qui est en avance. Et c'est la conjonction de ces deux éléments qui fait que notre vignoble se retrouve fragilisé.