Europe : le retour des semences anciennes

Un nouveau règlement européen va redonner la possibilité aux paysans bio d'utiliser et de vendre des semences anciennes. Ils pourront donc développer librement des variétés locales adaptées à leurs terrains. Ils ne seront plus tributaires des grandes firmes.

Voir la vidéo
France 3

Il a décidé de renouer avec la tradition : celle du labour animal pour produire ses légumes bio. L'homme et le cheval : un autre rapport à la terre. Sur ses trois hectares, Benoît Redant produit des tomates, des concombres, des courgettes ou des patates douces. Depuis des années, il se bat pour préserver certaines variétés anciennes. Aujourd'hui, avec les nouvelles règles européennes, il pourra commercialiser librement ses semences paysannes.

Les consommateurs se réjouissent

Un patrimoine qui s'est appauvri, uniformisé, car les grandes firmes semencières ont privilégié des variétés plus productives. Catherine Andrianne, elle, a choisi de réhabiliter des légumes d'autrefois, comme ces graines de chou frisé, nettoyées puis ventilées à la main. Objectif : rassembler des semences venues du monde entier. Sauver les variétés anciennes, plus riches sur le plan nutritionnel : une pratique aussi plébiscitée par les consommateurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur s\'occupe d\'un champ de maïs, le 21 mai 2013 à Angers (Maine-et-Loire).
Un agriculteur s'occupe d'un champ de maïs, le 21 mai 2013 à Angers (Maine-et-Loire). ( MAXPPP)