Don alimentaire : une pratique en plein développement pour lutter contre le gaspillage

Une association dans le Loiret propose une solution pour lutter contre le gaspillage alimentaire tout en offrant des produits frais aux plus pauvres : récupérer les surplus des agriculteurs.

Voir la vidéo
FRANCE 3

C'est une fin de saison exceptionnelle avec ces dix tonnes de tomates cerises pour la semaine, 30% de plus que d'habitude. Jean-Michel Gallierne, maraîcher, ne pourra pas toutes les écouler, alors il va les donner. "Avant la destruction du produit, le don fait partie de la solution", explique-t-il. L'Armée du Salut et les Restos du cœur viennent se partager une tonne de ces tomates cerises, des légumes beaucoup plus frais que ce qu'ils ont l'habitude de collecter. Entre l'agriculteur et ces associations, un organisme est présent depuis cinq ans pour faciliter le don alimentaire.

Quatre millions de Français ont recours à l'aide alimentaire

"On a collecté à peu près 14 000 tonnes de produits agricoles frais, soit l'équivalent de 28 millions de repas qui sont ensuite distribués par les associations", explique Dorothée Briaumont, de l'association SOLAAL. Qu'ils soient trop moches, non calibrés, ou tout simplement en surplus, 12% de ces fruits et légumes frais sont généralement jetés et en même temps, 4 millions de Français ont recours à l'aide alimentaire. De quelques kilos à plusieurs tonnes, le don alimentaire est une pratique en plein développement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des tomates cerises collectées avant d\'être distribuées aux Restos du cœur et l\'Armée du Salut.
Des tomates cerises collectées avant d'être distribuées aux Restos du cœur et l'Armée du Salut. (FRANCE 3)