Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Les agriculteurs maintiennent des barrages en Bretagne et en Normandie

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Les agriculteurs continuent de manifester en Bretagne
V. FREDERIC / FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Six barrages, dont quatre en Bretagne, sont toujours dressés, jeudi, par les éleveurs.

Au lendemain d'un "mercredi noir", les éleveurs en colère poursuivent, jeudi 28 janvier, leur mobilisation contre la chute des cours en maintenant six barrages routiers dans l'Ouest et en promettant de nouvelles actions. 

>> Suivez la mobilisation des agriculteurs dans notre direct

Face aux cours très bas qui assèchent leurs trésoreries et menacent, dans certains cas, leurs exploitations, les éleveurs réclament des mesures structurelles, comme l'étiquetage de la provenance de la viande, notamment pour les produits transformés, et l'arrêt des distorsions de concurrence à l'échelle européenne.

Quatre barrages en Bretagne

En début de matinée, en Bretagne, quatre barrages installés mercredi par des agriculteurs bloquaient toujours la circulation sur des axes importants : la RN24 (Rennes-Lorient) à Bréal-sous-Montfort, la RN157 (axe Rennes-Paris) près de Vitré et l'A84 (Rennes-Caen) à Saint-Etienne-en-Coglès. La RN165 - qui relie Nantes et Brest - était également coupée dans les deux sens à Arzal (Morbihan). Dans les Pays de la Loire, deux barrages d'agriculteurs étaient maintenus à Nozay (Loire-Atlantique sur la RN137 Nantes-Rennes) et à Laval (RN162).

A Rouen, une centaine d'agriculteurs ont bloqué, jeudi matin, la cité administrative qui héberge le centre des impôts de la cité normande, empêchant de nombreux fonctionnaires de se rendre à leur bureau. Venus à bord d'une trentaine de tracteurs ou en voiture, les manifestants, à l'appel de la FNSEA de Seine-Maritime et des Jeunes agriculteurs (JA), ont déposé du lisier, des pneus et autres matériaux devant chaque grande entrée du groupe d'immeubles de bureaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise des éleveurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.