Poulets de Bresse : des éleveurs inquiets à l'approche des fêtes

En cette période de fêtes, les fabricants de produits nobles que l'on retrouve sur les tables de réveillon jouent parfois leur année. C'est le cas des éleveurs de volailles de Bresse. Privés des restaurants, ils espèrent compter sur les simples consommateurs.

France 2

Les travées du marché de Bourg-en-Bresse (Ain) sont clairsemées, et des emplacements sont vides. Une morosité à l'image de toute la filière de la volaille de Bresse, plongée dans la crise sanitaire, entre restaurants fermés et restrictions gouvernementales. Chapons, dindes, poulardes de Bresse... À quelques jours de Noël, la volaille, incontournable des tables de fêtes, orne les étals. 

Des éleveurs inquiets


Mais les consommateurs ne se pressent pas. Lundi 14 décembre, les commandes se comptaient sur les doigts d'une main. Morgan Merle, éleveur au domaine de La Pérouse, à Montracol (Ain), est inquiet lui aussi : il espère pouvoir écouler toute sa marchandise. Dans les enclos de cet éleveur, il reste des milliers de volailles, mais la plupart ont déjà été abattues en prévision des fêtes. Impossible, pour lui, de faire autrement. "Le poulet, on ne peut pas le garder éternellement sur nos exploitations, il y a un roulement qui est en place", explique-t-il. Ici, le mois de décembre représente deux tiers du chiffre d'affaires. Rien n'annonce une amélioration, avec les règles gouvernementales pour Noël. "Il faut être [...] jusqu'à 15 personnes pour un dindon de Bresse, donc ça nous pose quelques soucis", poursuit Morgan Merle.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Des poulets bio dans un réfrigérateur, en Provence, le 5 février 2018. 
Des poulets bio dans un réfrigérateur, en Provence, le 5 février 2018.  (ERIC GUILLORET / BIOSPHOTO / AFP)