Cet article date de plus de six ans.

Des éleveurs en colère installent des barrages filtrants sur l'autoroute Metz-Luxembourg

Ces blocages ont entraîné en milieu de matinée une paralysie de l'autoroute A31 reliant Metz (Moselle) au Luxembourg.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des agriculteurs bloquent le pont qui relie Marennes à l'île d'Oléron (Charente-Maritime) le 23 juillet 2015. (CITIZENSIDE / FABRICE RESTIER / AFP)

Plusieurs centaines d'éleveurs en colère ont installé, mardi 28 juillet, des barrages filtrants sur deux importants nœuds de circulation en Lorraine. Ces blocages ont entraîné en milieu de matinée une paralysie de l'autoroute A31 reliant Metz au Luxembourg.

Les agriculteurs ont installé leurs tracteurs sur l'A31 près de Metz, à proximité de l'échangeur où cette autoroute croise l'A4 Paris-Metz-Strasbourg, a précisé le président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de Moselle, Jean-Marc Brême. "Nous allons contrôler tous les camions frigorifiques, pour repérer la viande d'importation", a-t-il annoncé.

Pas d'automobilistes bloqués

Des déviations ont été mises en place, ce qui entraîne "plusieurs kilomètres de retenue", selon la préfecture. Mais aucun automobiliste n'est bloqué au niveau des barrages filtrants. Les manifestants ont accroché à leurs tracteurs des banderoles sur lesquelles on peut lire "L'agriculture mise à mort" ou "Des prix, pas des primes".

Les agriculteurs n'ont commencé leur action qu'après 8h30, pour ne pas perturber les déplacements à l'heure de pointe des nombreux frontaliers qui vont travailler au Luxembourg. Auparavant, ils avaient déversé du fumier devant un magasin Métro et un restaurant McDonald's de Metz.

Un autre barrage filtrant a par ailleurs été installé à Phalsbourg (Moselle), à une centaine de kilomètres plus à l'est, où se rejoignent la N4 (axe Nancy-Strasbourg) et l'A4 (axe Metz-Strasbourg).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise des éleveurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.