Agriculture : la filière porcine dans la tourmente

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Agriculture : la filière porcine dans la tourmente
France 3
Article rédigé par
S.Lanson, J.Boulesteix, F.Fontaine - France 3
France Télévisions

La crise sanitaire a fait chuter le prix du porc en 2020. La fièvre porcine, qui touche actuellement l’Allemagne, a ensuite bouleversé les cours européens. 


Les temps sont durs pour les éleveurs de porc. Après son grand-père et son père, William Rouvray a pris la relève, à seulement 24 ans et est désormais à la tête d’un élevage de 240 truies. Pas une mince affaire : le prix des aliments pour les bêtes flambe, de "20 à 25 euros" supplémentaire par tonne les derniers mois. De plus, le cours du porc est au plus bas, à 1,20 euro le kilo, ce qui ne permet même pas à l’éleveur d’être à l’équilibre et de payer ses charges. "Je reste optimiste mais si ça dure plusieurs mois ça, ce n’est pas tenable et dans ce cas, c’est obligé d’arrêter la production", commente William Rouvray. 

Récupérer le marché allemand 

Les prix ont chuté au début de la crise sanitaire. La Chine, première consommatrice, n’achetait plus de porc européen. Aujourd’hui, un autre facteur complique la situation des éleveurs : l’Allemagne, touchée par la fièvre porcine, n’exporte plus en Asie, il y a donc trop de porc en Europe. À Plérin (Côtes-d’Armor), où tout se décide pour la France, les professionnels espèrent récupérer le marché allemand en 2021. "C’est plutôt une aubaine pour la France et l’Espagne, qui vont donc pouvoir exporter vers la Chine et les autres pays tiers, explique Pascal Le Duo, directeur délégué au Marché du porc breton. En théorie, si on n’a pas d’effet Covid inconnu qui pourrait être préjudiciable sur l’activité d’abattage pour la filière porcine, on devrait retrouver une dynamique beaucoup plus positive sur les mois qui viennent." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.