Cinq questions sur l'"herbe du diable", la plante soupçonnée d'avoir contaminé des kilos de haricots verts

Des lots de haricots verts vendus par Leclerc et Carrefour ont été rappelés, depuis vendredi. La cause ? Une suspicion de contamination par une plante toxique, le datura, aussi appelée "herbe du diable".

Un plant de Datura.
Un plant de Datura. (NANCY HONEY / CULTURA RF / GETTY IMAGES)

Son nom est déjà peu rassurant et elle est effectivement très toxique. L'herbe du diable, aussi appelée "herbe aux sorciers" ou "herbe des magiciens", est soupçonnée d'avoir contaminé des lots entiers de haricots verts, vendus par des distributeurs français. Franceinfo revient en cinq questions sur ce rappel.  

1C'est quoi, cette "herbe du diable", et quels sont ses effets ?

De son vrai nom, le datura stramonium est une plante herbacée, qui pousse au bord des chemins et dans les parcelles agricoles, à la fois dans les grandes cultures (de maïs et de sarrasin) et dans les parcelles dédiées au maraîchage. 

Le datura contient naturellement de très fortes teneurs d'alcaloïdes toxiques. Les alcaloïdes sont des substances organiques végétales qui peuvent être utilisées, lorsqu'elles ne sont pas toxiques, pour leurs propriétés thérapeutiques : par exemple en pharmacologie avec la morphine, la nicotine et la caféine. La cocaïne appartient aussi à la famille des alcaloïdes. 

Les substances végétales contenues dans le datura peuvent agir sur le système nerveux central, provoquant de l'excitation, des hallucinations et une sensation de désorientation. Elles peuvent aussi avoir des effets sur la vision et sur le cœur, avec un risque de tachycardie. 

D'autres risques sont mentionnés sur le site du ministère de l'Agriculture : "sécheresse de la bouche, pupilles dilatées, troubles de la vue, agitation, confusion, désorientation spatio-temporelle, hallucinations, paroles incohérentes." Quand les quantités absorbées sont importantes, il peut y avoir "des convulsions, voire des décès" avertit le docteur Magali Labadie, chef de service au centre antipoison et de toxicovigilance de Bordeaux. 

2 Quel est le problème avec ces haricots ?

Lundi 11 mars, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) publie un avis de rappel de sacs d'un kilo d'haricots verts très fins surgelés. Cette décision découle d'une alerte donnée par un consommateur : il a découvert une bogue de datura dans ses haricots surgelés. Plusieurs marques sont concernées : "Notre Jardin" commercialisée dans les hypermarchés Leclerc, "Carrefour", "Cuisine de France" et "D'Aucy".

Les produits concernés ont donc été rappelés pour éviter tout risque de contamination, des analyses sont en cours. Aucun cas d'intoxication n'a pour l'heure été signalé à la DGCCRF. 

Après avoir retiré et rappelé par précaution les produits concernés, E.Leclerc indiquait lundi à l'AFP que "ces haricots verts proviennent du sud de la France, où les daturas sont de plus en plus répandus"

3Comment les haricots auraient-ils pu être "contaminés" ?

Les graines de datura sont transportées par le vent et "poussent à l'état sauvage dans des champs où le ramassage est mécanisé" explique à franceinfo le docteur Labadie. Les systèmes de ramassage mécanisé ne permettent pas toujours de repérer d'éventuelles graines de datura, qui font la même taille que les semences de culture. "Le recours à une agriculture de plus en plus raisonnée, avec un minimum de pesticides, explique le risque potentiel de retrouver un datura dans un lot de haricots verts", avançait le groupe E. Leclerc à l'AFP. 

Les champs à risques sont surveillés par les agriculteurs concernés : ils savent repérer les datura et les traiter, au besoin, à l'aide d'herbicides.  

Sur son site, le ministère de l'Agriculture indique que la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) contrôle la qualité sanitaire des produits chez les agriculteurs, sur "tout le territoire national". La DGCCRF intervient, par la suite, lors de la distribution de ces produits.

4Y a-t-il eu d'autres cas ou d'autres productions concernées ?

Des récoltes ont déjà été contaminées par le datura depuis le début de l'année 2019, provoquant des intoxications aïgues. En février, 35 personnes ont été admises au CHU de la Martinique, après avoir ingéré de la farine de sarrasin bio. "Toutes présentaient des troubles digestifs, des hallucinations et des signes cardiovasculaires", indiquait la Cellule d'intervention en région de Santé publique France (Cire), des Antilles. Vingt d'entre elles ont bien été intoxiquées au datura, présent dans un lot de farine de sarrasin bio. 

Les cultures de sarrasin sont particulièrement exposées à la contamination par datura. Le 21 décembre dernier, la DGCCRF appelait les consommateurs concernés à rapporter en points de vente des produits à base de farine de sarrasin complète certifiée bio des marques Naturaline et Moulin des Moines. Un rappel similiaire avait déjà été publié un mois auparavant.  

Au centre antipoison de Bordeaux, des patients "sévèrement atteints" sont venus consulter après avoir ingéré de la farine bio. "Tous les centres antipoison ont eu des cas" explique la chef de service, le docteur Magali Labadie. 

En juillet 2018, des pieds de datura ont été repérés dans des parcelles de maïs en Poitou-Charentes. Les agriculteurs concernés étaient invités à trier les récoltes des parcelles infestées. Des conditions climatiques favorables au développement de cette plante toxique ont été avancées par le site dédié aux professionnels de l'agriculture, Syngenta 

5Que faire si vous avez chez vous un de ces lots de haricots verts ?

Si vous détenez des lots de produits concernés mentionnés sur le site de la DGCCRF, vous ne devez pas les consommer et les ramener au plus vite dans un point de vente, où vous serez remboursé.

Si vous ressentez des symptômes similaires à ceux listés précédemment, vous devez rapidement consulter votre médecin traitant ou appeler le 15. Le risque d'une intoxication après ingestion de ces produits doit être pris au sérieux : "Ces symptômes dépendent de la quantité consommée mais les personnes intoxiquées doivent être hospitalisées et très surveillées" rappelle Magali Labadie.

Vous pouvez aussi vous rapprocher du centre antipoison le plus proche de chez vous.