CETA : les députés LREM face à la violence de certains agriculteurs

Plusieurs permanences d'élus de la majorité ont été attaquées par des agriculteurs en colère à la suite du vote du CETA, le traité de libre-échange avec le Canada.

France 3

En France, les députés de La République en marche continuent d'être visés par des violences. En quelques jours, une dizaine de permanences ont été prises pour cibles, notamment pour dénoncer le vote du CETA, le traité de libre-échange avec le Canada. Mardi 30 juillet, vingt députés bretons ont publié une tribune pour appeler à ne pas "s'habituer à l'intolérable". Parmi eux, Éric Bothorel, député des Côtes-d'Armor, va à la rencontre des agriculteurs.

 

"Le CETA, ça encadre des normes, ça encadre des quotas"

 

Son but est de faire de la pédagogie concernant le CETA, pour lequel il a voté. "Les mises aux normes ne sont pas les mêmes", expose Jean-Christophe Saliou, éleveur laitier opposé au traité. "Le CETA, ça encadre des normes, ça encadre des quotas, ça régule le marché", tente de rassurer le député. Et si les deux hommes campent sur leurs positions, ils sont d'accord pour dénoncer les violences d'autres agriculteurs qui assument de vandaliser les permanences LREM.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agriculteurs murent la permanence du député Jean-Baptiste Moreau dans la Creuse, le 28 juillet 2019.
Des agriculteurs murent la permanence du député Jean-Baptiste Moreau dans la Creuse, le 28 juillet 2019. (PASCAL DACASA / MAXPPP)