Belgique : deux cas de peste porcine africaine confirmés à quelques kilomètres de la frontière française

Le ministre de l'Agriculture français a demandé aux préfets des départements frontaliers de la Belgique la mise en place d'un plan d'action.

Un sanglier, en Belgique, le 16 octobre 2017.
Un sanglier, en Belgique, le 16 octobre 2017. (PHILIPPE CLEMENT / BELGA MAG / AFP)

Deux cas de peste porcine africaine (PPA) ont été détectés sur des sangliers, en Belgique. Le ministère de l'Agriculture français appelle à "une mobilisation immédiate pour protéger [les] élevages". La confirmation de la présence de ce virus, qui ne touche que les porcs et les sangliers, sur la commune d'Etalle, à une dizaine de kilomètres de la France, "constitue une progression inédite de la maladie qui exige une réponse à la hauteur des enjeux économiques considérables pour les filières agroalimentaires françaises", a souligné le ministère, jeudi 13 septembre.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a demandé la mise en place immédiate d'un plan d'action renforcé contre cette maladie aux préfets des Ardennes, de la Meuse, de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, départements frontaliers de la Belgique. Ce plan prévoit "des mesures de zonage, de restrictions de certaines activités comme la chasse et de surveillance renforcée des élevages et de la faune sauvage" ainsi que "le renforcement des mesures de biosécurité pour éviter l'introduction du virus dans les élevages porcins et des mesures de surveillance en abattoir".

Les éleveurs français inquiets

Fin août, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, s'était inquiétée des risques de transmission dans les fermes de la peste porcine africaine, déjà présente en Europe de l'Est, d'où certaines sociétés de chasse importent des sangliers pour leurs élevages de gibier. Dans la foulée, les éleveurs porcins avaient également tiré la sonnette d'alarme sur les risques de propagation du virus, qui touche huit pays d'Europe de l'Est (Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie), la Russie et la Chine. Cet été, en Roumanie, une épidémie de PPA a conduit à l'abattage de plus de 100 000 porcs.

Il n'existe ni vaccin, ni traitement contre cette maladie, qui n'est pas contagieuse pour l'homme, mais qui se transmet au contraire très vite entre animaux. Le virus en cause, qui attaque le système immunitaire, peut provoquer des hémorragies mortelles chez les bêtes contaminées.