#AlertePollution : les méthaniseurs, qui fabriquent du biogaz avec des déchets, sont-ils vraiment écologiques ?

Soutenue politiquement et financièrement par l'Etat, la méthanisation se développe dans les campagnes françaises. Mais des riverains ont contacté franceinfo pour dénoncer les nuisances dues à cette activité.

L\'unité de méthanisation d\'Etreville (Eure), le 27 novembre 2019.
L'unité de méthanisation d'Etreville (Eure), le 27 novembre 2019. (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

On hésite entre fumier et marécage. Sur la petite route qui longe le méthaniseur d'Etreville (Eure), installé au bord de l'autoroute A13, le vent charrie des effluves difficiles à définir. Plus expert, Philippe Cordier, un apiculteur voisin, tente un diagnostic : "Aujourd'hui, c'est plutôt égout. Ça ne sent pas trop la merde !" Claude Gence, président de l'Association pour une méthanisation raisonnée en Roumois, ironise : "J'appelle ça le bol d'odeur Agri-Energie. C'est un vrai label, mais Hermès ne veut pas le racheter pour ses parfums." A leurs côtés, Gérard Le Villain, un éleveur bovin, est plus concis : "C'est désagréable et fort." Ce mauvais fumet n'est que la partie la plus flagrante des nuisances et pollutions provoquées par cette installation qui produit du gaz à partir de déchets agricoles et industriels. "Je suis pour la méthanisation quand c'est bien fait, mais là..." confie Gérard Le Villain. Excédé, il a décidé, comme Philippe Cordier, de contacter franceinfo via notre opération #AlertePollution.

Des signalements partout en France

Ils ne sont pas les seuls. A mesure que cette technologie se développe, les mécontentements se multiplient. Dans le Lot, Jacky nous a écrit pour signaler le méthaniseur de Gramat. "C'est bien de mettre en place des énergies nouvelles pour lutter contre la pollution, mais en s'intéressant au projet, on a vu que tout n'était pas rose", remarque-t-il. A Ombrée d'Anjou (Maine-et-Loire), Anne décrit des odeurs "à gerber", qui "rentrent sous la porte et par la cheminée". Dans le Cher, Thierry, voisin du site de Plaimpied-Givaudins, peste contre "le développement de cette filière, constituée de gros céréaliers déjà pollueurs aux phytosanitaires et qui fait ce qu'elle veut". Dans le Cantal, Anthony nous envoie la photo d'une eau de source marron chocolat en aval d'une installation de Sainte-Eulalie.

Quand je vois des choses comme ça qui passent pour de l'écologie, ça me rend dingue !Anthonyà franceinfo

Sur le papier, la méthanisation coche toutes les cases de l'énergie renouvelable du futur. Comme l'explique l'Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie (Ademe) dans une brochure (PDF), le procédé permet "de produire un biogaz issu de la fermentation des déchets, des effluents d'élevages, des résidus de culture". Concrètement, il faut mélanger ces "intrants" dans une grande cuve hermétique et chauffée, appelée le digesteur. En l'absence d'oxygène et sous l'effet de la chaleur, des bactéries transforment ces déchets, pour obtenir du méthane, dont on peut faire le même usage que son équivalent fossile, et un résidu, le digestat. Riche en azote, ce dernier peut être épandu sur les champs comme un engrais. "C'est un super outil pour l'agriculture et l'énergie de demain. Cela permet de valoriser des choses dont on ne sait pas quoi faire", vante Grégory Vrignaud, dirigeant d'ACE méthanisation, une société de conseil du secteur. Au 1er janvier 2019, il y avait 710 unités de méthanisation en France, selon l'Ademe. Un développement soutenu politiquement et financièrement par l'Etat, qui y voit un moyen de réduire la consommation d'énergie fossile et les émissions de gaz à effet de serre. Les chiffres (non-exhaustifs) du Collectif scientifique national pour une méthanisation raisonnée, que nous avons compilé sur cette carte, font état d'au moins un millier d'installations en service ou en projet.

Plastique, métaux et perturbateurs endocriniens

Dans la pratique, le bénéfice environnemental est contesté par les riverains et les associations. Il y a d'abord ce ballet de camions, estimé à 10 semi-remorques par l'Ademe pour une unité industrielle, parfois venus de loin. A Etreville, une voisine nous a raconté avoir aidé un chauffeur perdu qui arrivait de l'Aveyron, à des centaines de kilomètres du méthaniseur. Mais ce qui inquiète le plus les habitants du coin est beaucoup plus petit qu'un poids-lourd. Dans un champs de la Haye-Aubrée, où du digestat a été épandu mi-octobre, Claude Gence pointe du doigt, depuis la route, une petite tache bleue. "Vous voyez, ça, c'est pas de la matière végétale", peste-t-il en désignant d'autres morceaux de plastique semés entre les herbes. Une maigre récolte comparée à la moisson réalisée en 2017, comme le montre cette photo prise par un de nos témoins :

Début 2017, l\'Association pour une méthanisation raisonnée en Roumois a photographié des déchets plastiques dans un champ après épandage.
Début 2017, l'Association pour une méthanisation raisonnée en Roumois a photographié des déchets plastiques dans un champ après épandage. (DR)

D'où vient ce plastique ? Dans son méthaniseur, Agri-Energie – qui a refusé de répondre à nos questions – ne met pas seulement des effluents agricoles comme du fumier ou des cultures. Elle utilise également des déchets de l'industrie agro-alimentaire et des boues de station d'épuration, avec leur plastique et leurs métaux lourds. Un filtrage est opéré à la sortie pour purger le digestat des plus gros éléments mais il ne filtre pas tout. Dans son dernier arrêté de 2018, la préfecture demande que "les impuretés" respectent une taille et une quantité limites.

Extrait de l\'arrêté préfectoral du 8 janvier 2018 sur les activités de la société Agri-énergie.
Extrait de l'arrêté préfectoral du 8 janvier 2018 sur les activités de la société Agri-énergie. (PREFECTURE DE L'EURE)

"Il a le droit d'épandre du plastique, s'il n'y en a pas trop et s'ils ne sont pas trop gros", résume Gérard Le Villain. "Nos bassins versants vont vers le fleuve ou ses affluents. Tout va finir dans la Seine", redoute Claude Gence, en rappelant les conclusions de la dernière mission scientifique Tara sur l'omniprésence du plastique dans les fleuves européens. Rien n'est spécifié pour les autres polluants potentiels.

Des morceaux de plastique après l\'épandage de digestat, photographié le 27 novembre 2019 à La Haye-Aubrée (Eure).
Des morceaux de plastique après l'épandage de digestat, photographié le 27 novembre 2019 à La Haye-Aubrée (Eure). (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

Visible à l'œil nu, cette pollution au plastique n'est pas la seule provoquée par l'épandage de digestat. A Gramat, Liliane Réveillac, membre du Collectif scientifique national pour une méthanisation raisonnée (CNSM), nous a envoyé des études commandées par l'association à des laboratoires spécialisés. On peut y lire que la population de collemboles – des insectes qui sont "un indicateur de l'état biologique de l'écosystème sol" – chute après l'épandage et qu'on trouve dans le digestat des métaux lourds, comme le cadmium, et un perturbateur endoctrinien reprotoxique, le cyclotetrasiloxane D4.

Pire pour cette médecin, la présence de bactéries dangereuses pour la santé humaine, comme des clostridium perfringens et des entérocoques, mises en évidence dans une note de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de janvier 2018 sur le digestat d'un autre méthaniseur du groupe Fonroche. Liliane Réveillac est d'autant plus inquiète que le sol du Lot, karstique et donc creusé de nombreuses cavités, favorise l'infiltration de ces substances dans les eaux souterraines. "Tout ce qui est mis sur le sol, on le boit", résume-t-elle. Cette note de l'Anses, qui a conduit au refus de l'homologation de ce digestat, pointe également "des effets nocifs sur les organismes du sol", avec une chute importante du taux de reproduction des vers de terre. De son côté, l'entreprise met en avant un rapport du Conseil général du développement durable et de l'environnement, réalisé par deux inspecteurs du ministère et contesté par les opposants. Il conclut qu'il n'y a pas, "à ce stade", faute de dispositif de suivi et de connaissances suffisantes sur le sujet, de "fondement objectif" aux atteintes à la biodiversité et que le risque d'infiltration est "quasiment nul" à condition de respecter l'arrêté préfectoral.

Vers un boom des méthaniseurs

Au-delà des pollutions qu'elle peut générer, la méthanisation pose d'autres questions, plus philosophiques. Faut-il nourrir l'homme et les animaux ou le méthaniseur ? Que se passera-t-il s'il devient plus intéressant pour un agriculteur de vendre son maïs à une unité de méthanisation qu'à un élevage bovin ? Aujourd'hui, la législation interdit – en théorie – de mettre dans le digesteur plus de 15% de cultures principales dédiées, pour limiter cette concurrence. Mais à l'avenir ? Au CNSM, Daniel Chateigner, physicien à Caen, a sorti sa calculatrice, excédé par la volonté de GRDF d'installer 10 000 méthaniseurs en France à l'horizon 2030. "Avec la surface agricole utile de la France, cela fait un méthaniseur tous les 5 km, alors qu'aujourd'hui la moyenne d'approvisionnement en 'intrant' est de 30 km", expose-t-il. La concurrence, entre méthaniseurs puis avec d'autres besoins, lui paraît donc inévitable.

Le physicien s'inquiète enfin d'un "épuisement des sols" provoqué par la méthanisation. Selon lui, le carbone extrait du sol n'est pas une ressource infinie parce qu'il ne se renouvelle pas aussi vite qu'on le récolte et qu'il manque aux micro-organismes du sol qui en ont besoin pour se développer. Un risque d'infertilité des sols qui ne lui paraît pas pertinent au regard du faible gain énergétique : GRDF vise 50 TWh de biométhane en 2028, soit à peine 11,3% de la consommation de gaz du pays en 2018.

Nous allons perdre en souveraineté alimentaire pour gagner quelle souveraineté énergétique ? On va sacrifier les sols pour ramener un petit peu d'énergie.Daniel Chateignerà franceinfo

Tous les opposants que nous avons interrogés ne rejettent pas en bloc la méthanisation. "Au CNSM, nous ne sommes pas contre la méthanisation. Elle doit faire partie du mixte énergétique, c'est évident", expose Daniel Chateigner, après avoir évoqué le modèle des "méthaniseurs à la ferme", plus petit, alimenté principalement ou exclusivement en déchets agricoles.

Une autre méthanisation est possible

A Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres), Vanessa Baudrier-Paillat est responsable d'une telle installation. "Si aujourd'hui il y a des oppositions aux méthaniseurs, c'est parce qu'on a donné du grain à moudre, avec des projets faits n'importe comment, qui ne respectent pas la population", explique cette membre de l'Association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF). Le sien, lancé par son mari, exploitant bovin, rassemble 12 agriculteurs et obéit à des critères clairs : des intrants 100% agricoles, venus des 12 exploitations et d'un négoce de céréales, situés à moins de 10 km du méthaniseur. La chaleur produite par le moteur à co-génération qui transforme le gaz en électricité est utilisée pour chauffer les digesteurs, le séchoir à grains et les bâtiments publics de la commune. Le digestat n'est épandu que sur les terres des 12 agriculteurs associés.

Notre outil de travail, ce sont les terres, il faudrait être con pour intensifier notre modèle et détruire la qualité de nos sols.Vanessa Baudrier-Paillatà franceinfo

Valoriser les "modèles vertueux" au détriment de "ceux qui posent problème", c'est l'ambition d'un groupe de réflexion lancé par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) au printemps 2018 avec les principaux experts et acteurs du secteur. Au cœur de leurs travaux, le digestat. "Nous avons un doute sur le fait que ces digestats puissent avoir un effet positif ou négatif sur les sols", explique Lionel Ranjard, directeur de recherche et membre de ce groupe baptisé Metha-Rev. Il pointe le manque de références scientifiques sur la question et annonce qu'un projet d'étude "robuste" a été déposé courant novembre auprès de l'Ademe. Ses résultats sont attendus d'ici deux ans et devraient permettre d'éclairer le débat sur la légitimité de la méthanisation. "Nous sommes en train de changer le modèle agricole, rappelle ce spécialiste de l'agroécologie. Si on le change avec des pratiques peu vertueuses, on va remettre les agriculteurs dans le mur."

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.