Agriculture : les producteurs sont encore contraints d'arroser fin octobre

C'est un fait assez rare. Jeudi 20 octobre, certains maraîchers sont encore dans l'obligation d'arroser leurs cultures à une période inédite de l'année. 

Christophe Gleizes est contraint d’arroser ses poireaux un 19 octobre. C’est la première fois que le maraîcher actionne ses pompes aussi tard dans l’année. Il n’a pas le choix s’il veut sauver sa récolte. "Il faudrait qu’il pleuve bientôt, sinon je n’ai pas envie d’arroser tout l’hiver", explique-t-il. Le climat étant déréglé, l’agriculteur est en train de récolter un légume d’été : le haricot vert, avec des températures trop chaudes pour la saison : 20 °C au petit matin. Ce qui rend les semis d’automne impossibles.

La Garonne n'a jamais été aussi basse

La seule solution pour le maraîcher est de pomper de l’eau : 40 000 mètres cube cette année, soit deux fois plus qu’en 2021. Il puise directement dans le Canal du Midi. "En général, je n'arrose que la nuit. C’est logique, comme ça, il y a beaucoup moins de pertes. On fait des économies à tous les niveaux : des économies d’arrosage, des économies d’électricité…". Tous les maraîchers sont concernés par cette chaleur inédite. La Garonne, dans laquelle puise beaucoup d’agriculteurs, n’a jamais été aussi basse. Pour arroser, Christophe Gleizes a installé un goutte-à-goutte, moins gourmand en eau, et planter des haies afin de mieux retenir l’humidité. Son exploitation vient d’être équipée de panneaux solaires, qui alimenteront en électricité sa pompe en eau. Ce sont des économies à la clé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Agriculture : les producteurs sont encore contraints d\'arroser fin octobre
Agriculture : les producteurs sont encore contraints d'arroser fin octobre (FRANCE 3)