Agriculture : les producteurs de melons manquent de bras

Chaque année à la même époque, les producteurs de melons font face à un manque cruel de main-d’œuvre. Ces emplois physiques et mal payés peinent à attirer des candidats.

FRANCE 2

Sous les bâches d'un champ situé à Taize, dans les Deux-Sèvres, des melons attendent d'être ramassés. 30 000 tonnes de cucurbitacées sont récoltées chaque année. Une collecte qui nécessite l'emploi de 1 000 à 1 5000 saisonniers. "On essaye de prendre au maximum des locaux, mais lorsque l'on n'y arrive plus on prend de la main-d’œuvre étrangère. Et malgré cela, il nous manque encore du personnel", explique Christophe Couteleau, directeur commercial et administratif de l'entreprise Rouge-gorge.

"Job dating" et forums

Pourtant, Pôle emploi organise des "job dating", des forums et va à la rencontre des employeurs. Mais cela ne suffit pas. Pour satisfaire ses besoins immédiats, Christophe Couteleau a eu une idée : il a créé un site internet qui permet à l'offre et à la demande de se rencontrer. Face au manque de saisonniers, certaines entreprises sont aujourd'hui obligées de réduire leur surface de récolte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des melons tranchés le 29 septembre 2011 à Miami, en Floride (Etats-Unis).
Des melons tranchés le 29 septembre 2011 à Miami, en Floride (Etats-Unis). (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)