Affaire Lactalis : les députés exigent plus de contrôles

La France va-t-elle renforcer ses contrôles dans l'industrie alimentaire ? Huit mois après l'affaire Lactalis, la commission d'enquête en charge de ce dossier réclame une plus grande surveillance.

FRANCE 2

Tirer les leçons de l'affaire Lactalis, huit mois après la contamination de 36 nourrissons par les laits infantiles, c'est l'ambition du rapport d'enquête parlementaire publié ce mercredi 18 juillet dans l'après-midi. 49 propositions pour éviter tous nouveaux scandales alimentaires. Premier axe : l'indépendance des contrôleurs. Le rapport pointe la responsabilité directe de Lactalis. Dans son usine de Craon (Mayenne), l'industriel avait effectué des auto-contrôles avec des résultats positifs à la salmonelle, mais ne les avaient pas transmis au ministère de l'Agriculture. Une opacité à laquelle le rapport entend bien s'attaquer.

Des sanctions financières

Des contrôles renforcés qui pourraient donner lieu à des sanctions financières, c'est la deuxième piste de ce rapport. Pour appliquer ces sanctions, les parlementaires proposent de créer une autorité unique de la sécurité alimentaire. Les industriels sont pointés du doigt, mais également les distributeurs. La commission d'enquête veut davantage encadrer la procédure de retrait des produits contaminés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir consommé du lait produit dans l\'usine de Craon, en Mayenne.
Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir consommé du lait produit dans l'usine de Craon, en Mayenne. (EDDY LEMAISTRE / EPA)