Flexibilité : Michelin fait marche arrière à La Roche-sur-Yon

La direction de Michelin a décidé de geler un investissement promis en 2016 aux salariés du site de La Roche-sur-Yon (Vendée). Les syndicats sont amers.

FRANCE 2

Un accord signé par des syndicats, voté par les salariés, mais pas respecté par la direction de Michelin pour son site de La Roche-sur-Yon (Vendée). Conclu en 2016, il prévoit plus de flexibilité : les salariés travaillent désormais le dimanche, jusqu'à 16 fois par an. En contrepartie, la direction promettait d'investir 60 millions d'euros dans le développement de l'usine. Cet investissement est aujourd'hui suspendu. Les syndicats signataires sont amers. Les représentants syndicaux ont peur pour l'avenir du site, tout comme les salariés qui craignent les départs forcés.

Pas de suppressions de postes

Mais Michelin ne prévoit pas de suppression de postes. Selon la direction; "l'adaptation du pacte d'avenir du site qui sera négocié avec les partenaires sociaux est nécessaire pour répondre aux évolutions du marché." Même avec des ambitions revues à la baisse, le site de La Roche-sur-Yon devrait augmenter sa production cette année.  




Le JT
Les autres sujets du JT
Le groupe a atteint un niveau de rentabilité record avec un bénéfice net de 1,66 d’euros, en hausse de 43% par rapport à 2015, mais avec des ventes en baisse en valeur.
Le groupe a atteint un niveau de rentabilité record avec un bénéfice net de 1,66 d’euros, en hausse de 43% par rapport à 2015, mais avec des ventes en baisse en valeur. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)